Actualités

    Antarctique, réserve naturelle dédiée à la paix

    2021 est l'année de la célébration du 60e anniversaire de l'entrée en vigueur du Traité sur l'Antarctique ainsi que des 30 ans du Protocole de Madrid relatif à la protection de l'environnement antarctique, rédigé à l'initiative des Premiers ministres français et australien, Michel Rocard et Bob Hawke. Il complète le Traité en érigeant l'Antarctique en « réserve naturel dédiée à la paix et à la sécurité » et y interdit l'exploitation des ressources minérales.
    Carottage glaciaire. Installée sur une calotte glaciaire de plus de 3 200 mètres d'épaisseur, la station Concordia est un haut lieu des études de carottage glaciaire qui ont permis de retracer le climat terrestre des 800 000 dernières années.
    Champ d'antennes du projet SuperDARN. À près de 1,5 km de Concordia, le champ d'antennes du projet SuperDARN (Dual Auroral Radar Network) permet l'étude des interactions entre l'activité solaire et le champ magnétique terrestre.
    En terre Adélie, le glacier de l'Astrolabe atteint la mer à proximité de la station Dumont d'Urville. Cette zone est dite de vêlage, car des fragments se détachent régulièrement, donnant naissance à autant d'icebergs destinés à errer de longues années dans l'océan.
    Le port de Hobart en Australie est la porte d'entrée vers l'Antarctique pour l'Astrolabe. Ce navire brise-glace, construit dans le cadre d'un partenariat entre les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), l'Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV) et le ministère de la Défense (Marine nationale), assure le transport de fret et de passagers entre le continent et la station française Dumont d'Urville en terre Adélie (environ 2 700 km).
    Ornithologues de la base Dumont d'Urville. À Dumont d'Urville, des ornithologues baguent un poussin de skua antarctique et récoltent un ensemble de mesures morphologiques pour suivre l'état de santé de cette espèce.
    Près de la base Dumont d'Urville. Une scientifique spécialisée en biologie marine pénètre dans l'eau glacée sous les regards d'un groupe de manchots Adélie.
    Un manchot Adélie observe l'Astrolabe amarré sur la piste du Lion, à la station Dumont d'Urville en terre Adélie. Ce navire brise-glace, construit dans le cadre d'un partenariat entre les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), l'Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV) et le ministère de la Défense (Marine nationale), achemine cinq fois par an le personnel, le carburant, le matériel et les vivres nécessaires au fonctionnement des stations françaises en Antarctique et rapatrie les déchets produits.
    Vers la fin du mois de mars, moment de la reproduction, les manchots empereurs se rassemblent à terre en colonies de plusieurs milliers d'individus. La colonie de l'archipel de Pointe-Géologie, près de la station Dumont d'Urville, est suivie depuis de nombreuses années.

    Nous trouver

    agrandir la carte