6èmes rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise [ja]

Les Sixièmes Rencontres franco-japonaises de la coopération décentralisée s’est tenues 8 au 11 octobre 2018 au Japon dans la ville de Kumamoto, à Kyushu, autour du thème : « L’attractivité territoriale, un vecteur de développement pour une société responsable ».

JPEG

Organisées tous les deux ans, ces Rencontres constituent une occasion privilégiée d’échanger sur des problématiques communes aux collectivités françaises et japonaises, telles que la mobilisation des jeunes à l’international, l’accessibilité des transports, le vieillissement de la population ou encore le développement durable. Elles viennent également rappeler que la densité de nos relations passe également par la capacité de projection de nos territoires à l’international. Les collectivités locales ont également un rôle essentiel à jouer afin de réaliser la nécessaire transition vers une société et une économie bas-carbone. Les dernières rencontres se sont tenues à Tours, en 2016.

Co-organisées par Cités Unies France et le Centre japonais pour l’internationalisation des Collectivités locales (CLAIR) et la ville de Kumamoto, avec le soutien du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère japonais des Affaires étrangères, ces Rencontres ont réuni pendant quatre jours près de 170 participants provenant de plus d’une centaine de collectivités des deux pays. Les maires de Strasbourg, Tours, Cannes ou Autun côté français, et Kumamoto, Sendai, Niigata, Tomioka, Yokosuka, Shizuoka, Nagasaki, Takamatsu ou Kagoshima côté japonais, y ont notamment participé. Elles constituent un rendez-vous important de la relation bilatérale franco-japonaise dont on célèbre cette année le 160ème anniversaire. L’ambassadeur Laurent Pic y a participé.

Éditorial de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Il y a 160 ans, la France et le Japon tissaient leurs premières relations diplomatiques. Aujourd’hui, des liens exceptionnels, tant par leur diversité que par leur intensité, unissent nos deux pays. Ces liens, nous les célébrons cette année dans chacun de nos deux pays par une série de manifestations culturelles, artistiques et scientifiques. En France, le succès de la saison « Japonismes 2018 » témoigne de la sympathie et de la curiosité de notre pays à l’égard du Japon.

La relation qui unit la France et le Japon est aujourd’hui plus dense que jamais. Au cours des derniers mois, les occasions de l’approfondir n’ont pas manqué, du dialogue politico-militaire qui s’est tenu en janvier à Tokyo à la rencontre du Président Macron et du Premier ministre Abe en mai à Saint-Pétersbourg, du déplacement au Japon du Président de l’Assemblée nationale française au printemps à la participation de M. Taro Kono aux cérémonies du 14 juillet. Point d’orgue de ces rencontres, la visite à Paris de Son Altesse Impériale le Prince héritier Naruhito a permis de réaffirmer notre volonté commune de renforcer encore davantage notre partenariat d’exception.

Une partie non négligeable de la vitalité de notre relation tient aux projets que portent ensemble les collectivités territoriales japonaises et françaises. Depuis l’époque des premiers jumelages, à la fin des années 1950, la coopération décentralisée franco-japonaise s’est toujours illustrée par son dynamisme et a permis de faire des progrès considérables en matière de qualité de vie dans nos villes, de développement durable ou encore d’attractivité de nos territoires.

Les Rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise témoignent de ce dynamisme et reflètent ces succès. Convaincu que leur sixième édition sera un temps fort de cette année de célébration de l’amitié franco-japonaise, je tiens à remercier les organisateurs pour la qualité de l’accueil réservé aux participants français, en particulier le Centre japonais des Collectivités locales (CLAIR) et la Ville de Kumamoto, éprouvée par un séisme meurtrier en 2016 et dont la France a partagé la douleur. Nous devons mettre à profit ce moment privilégié pour échanger nos savoir-faire et engager de nouvelles coopérations. Car beaucoup reste à faire : l’amitié ancienne qui unit nos deux pays doit nous permettre de faire face, ensemble, aux défis présents et à venir, particulièrement en matière environnementale. Je suis convaincu que nos territoires ont un rôle essentiel à jouer pour nous y aider.

dernière modification le 19/10/2018

haut de la page