Chat avec la Communauté française (05/04/2012)

Toujours soucieuse de renforcer l’information de la communauté française, et de mieux répondre aux questions de nos compatriotes, l’Ambassade de France au Japon a tenu le 5 avril 2012, un "chat" consacré aux conséquences de la crise de Fukushima. Vous trouverez ci-après la liste des questions posées et les réponses qui ont été fournies par le Conseiller nucléaire de l’Ambassade Christophe Xerri et l’expert de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) Olivier Isnard.

Conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima (jeudi 5 avril 2012)

Ambassade : Bonjour,
Le chat consacré aux conséquences de l’accident de Fukushima est ouvert. N’hésitez pas à nous poser vos questions. Les experts de l’IRSN, avec nous depuis Paris, et le Conseiller nucléaire, y répondront à partir de 17h30.

Commentaire de la part de Guest : Quelles ont été (sont) les conséquences des événements sur les programmes universitaires entre les deux pays ?

Réponse à Guest : Bonjour. Passée la phase aiguë de la crise, qui avait vu le départ, à titre de précaution, d’étudiants français au Japon, on peut dire aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de conséquence significative sur la coopération universitaire. L’intérêt des étudiants français pour le Japon est toujours aussi fort. Certaines des universités développant des coopérations ont introduit des sujets liés à l’accident.

Commentaire de la part de Franck : Fuite de strontium, niveau d’eau dans piscine bas, température élevée. Réacteur toujours à froid ?

[Christophe Xerri] Réponse à Franck : Il n’y a pas d’éléments nouveaux, il y a une meilleure connaissance de la situation.
Strontium : Le système actuel de décontamination des eaux retire essentiellement le Césium. Des améliorations sont en cours pour enlever également le strontium.
Les 60 cm ont été mesurés non pas dans la piscine mais au fond de l’enceinte de confinement. C’est la première fois que l’on arrive à procéder à une mesure, non pas à une estimation calculée.
Température : Il ne me semble pas qu’il y ait d’élévation anormale de température. Il y a eu par contre en février des lectures donnant des températures anormalement élevées et anormalement faibles. Après vérification, il a été confirmé que ce thermomètre est défaillant et les lectures de ce fait non représentatives.

Commentaire de la part de Cédric : Beaucoup d’articles sur internet parlent du scénario catastrophe de l’effondrement de la piscine de combustibles du réacteur N°4, qui entraînerait alors un risque pour une zone allant au-delà des 250 km (donc nécessitant l’évacuation de Tokyo). Pouvons-nous craindre ce scénario catastrophe réellement ?

[IRSN] Réponse à Cédric : TEPCO a renforcé les structures bâtimentaires autour des différentes piscines afin d’éviter ce type d’accident. De plus, le circuit d’eau pour ces piscines a été fiabilisé. Un accident de découvrement d’une piscine est un scénario dit "grave", les rejets dans l’atmosphère seraient importants et les conséquences seraient effectivement significatives sur des distances importantes (il existe une dépendance forte aux conditions météorologiques).

Commentaire de la part d’Armelle : Quelles sont les recommandations de l’Ambassade concernant des séjours d’aide dans le Tohoku ?

[Christophe Xerri] Réponse à Armelle : Il convient de se reporter aux "Conseils aux voyageurs" accessibles sur le site de l’Ambassade et celui du Ministère des Affaires étrangères. En pratique, il faut éviter les zones d’exclusion définies par le gouvernement japonais. De manière générale, il faut maintenir une hygiène normale.
Le lien vers le Conseil aux voyageurs est :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/japon-12268/

Commentaire de la part de Cédric : Si je comprends bien votre réponse, le risque est limité par les interventions de TEPCO, mais pas inexistant. En cas d’accident nucléaire, et pour éviter le cafouillage post 11 mars, l’Ambassade a-t-elle pris des mesures pour l’évacuation de ses ressortissants ?

Réponse à Cédric : Bonjour Cédric, merci de votre question. Il est bien entendu que toutes les autorités concernées suivent avec attention l’évolution de la situation, en lien avec nos partenaires japonais. L’Ambassade a mis en place depuis longtemps un dispositif de crise, qui a été très utile lors des événements du 11 mars. Nous avons d’ailleurs été la première Ambassade à publier des recommandations précises, dès le dimanche, et l’aide au retour a été organisée dès le jeudi. Pour le reste, tout est bien sûr perfectible et nous avons évidemment fait un "retour d’expérience" après les événements de mars 2011.

Commentaire de la part d’Yves : J’ai rencontré récemment un ami qui vit à Tokyo et qui m’expliquait qu’il y avait une véritable inquiétude quant à la possibilité d’un tremblement de terre majeur. Au point que les gens (lui-même en tout cas) s’organisent en perspective : il emplit chaque soir sa baignoire d’eau pour disposer de réserves, et a fait des stocks alimentaires.

[Christophe Xerri] Réponse à Yves : Effectivement, il y a eu récemment des publications officielles japonaises sur le risque d’un tremblement de terre majeur à Tokyo.
Cependant le risque sismique à Tokyo est reconnu depuis longtemps.
Il est conseillé de longue date aux habitants de Tokyo d’avoir des réserves d’eau minérale, de nourriture, et effectivement de maintenir sa baignoire remplie d’eau pour une utilisation d’eau complémentaire "tous usages".
A titre personnel, je suis au Japon depuis 5 ans et je fais cela depuis mon arrivée.
L’Ambassade de France donne également une série de conseils de prévention et de préparation, disponible sur le site de l’Ambassade.
Le lien vers le site de l’Ambassade est :
http://www.ambafrance-jp.org/spip.php?rubrique186

Commentaire de la part de Shonin : Y a-t-il eu un impact sur les mouvements migratoires entre la France et le Japon ?

Réponse à Shonin : Bonjour Shonin, merci de votre question. La catastrophe de Fukushima a eu un impact négatif important pour le tourisme au Japon, quelle que soit la nationalité des touristes. La France se situe dans la tendance. La situation s’est nettement améliorée dès le mois de juillet. La communauté française est largement revenue à Tokyo, comme le montrent les inscriptions au Lycée. L’ouverture prochaine du nouveau Lycée international français montre notre confiance dans l’avenir de la communauté française au Japon et des échanges entre nos deux pays.

Commentaire de la part d’Yves : Merci.

Commentaire de la part de Cédric : Il y a, chez tous les ressortissants français que nous côtoyons ici, une vraie inquiétude sur la situation actuelle, et les risques à venir, et pour tout vous dire une certaine défiance vis-à-vis des informations officielles relayées par l’Ambassade, dans la mesure où l’Ambassade a intérêt à ce que ses ressortissants ne quittent pas le pays. Cependant, de nombreuses familles rentrent définitivement. Comment percevez-vous ce problème et que pensez-vous faire pour y répondre ?

Réponse à Cédric : Merci Cédric, de votre réaction. A l’écoute de la communauté française (dont nous faisons partie !), nous sommes conscients de l’inquiétude de nos compatriotes. Elle est légitime quand on pense à l’ampleur de la catastrophe de mars 2011, et le rôle des autorités françaises, ainsi que l’a rappelé le Président de la République lors de sa visite du 31 mars 2011, est de transmettre des informations objectives afin que chacun puisse se déterminer en son âme et conscience. Il y a des départs, mais beaucoup d’arrivées aussi : les inscriptions au Lycée français ont progressé à la rentrée de septembre et nous pensons que la communauté française restera forte au Japon et en progression. C’est pour cela que nous avons souhaité maintenir le projet de Lycée français international, qui sera ouvert prochainement à Tokyo.

Ambassade : Ce "chat" est maintenant terminé. Si vous aviez d’autres questions, vous pouvez bien entendu nous joindre à : webmestre@ambafrance-jp.org. Bon week-end !

dernière modification le 11/04/2012

haut de la page