Coopération franco-japonaise pour une société bas-carbone : retour sur la réunion de mars 2018 [ja]

Dans le cadre de l’accord de coopération signé en décembre 2015 lors de la COP21, des responsables du ministère japonais de l’environnement (MOE) et du ministère français de la transition écologique et solidaire (MTES) se sont rencontrés en mars 2018.

JPEG

Après une réunion à Tokyo en décembre 2016, au cours de laquelle les deux pays avaient présenté leurs politiques de lutte contre le changement climatique, ainsi que, en mars 2017, des journées d’échange ciblées sur la recherche « scenario bas carbone », la réunion des 5, 6 et 7 mars 2018 à Paris a permis d’approfondir cette jeune coopération.

Elle s’est déroulée en trois temps : le 5 mars était dédié à des échanges entre chercheurs français et japonais sur les scénarios bas carbone, le 6 mars à la réunion institutionnelle annuelle MTES/MOE et le 7 mars à des visites de terrain pour illustrer l’expertise française sur les sujets d’intérêt de la coopération bilatérale.

Les principaux sujets abordés au cours de ces journées ont été les politiques climat et stratégies bas-carbone, les Objectifs de développement durable, l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire, ou encore la coopération entre collectivités.

Les deux pays sont confrontés à des défis environnementaux communs. Les échanges sur les réponses tant techniques que politiques, de plus en plus nombreuses, apportées par chacun des pays (plans climat, technologies bas carbone, programmes de nature en ville et biodiversité, énergies renouvelables, implication des parties prenantes, territoires en transition) permettent d’enrichir mutuellement les approches. Outre les réunions annuelles, cette coopération prendra la forme d’échanges ponctuels sur des thèmes précis.

Il est convenu également d’élargir les thèmes traités à cette réunion aux déclinaisons territoriales des politiques environnementales (plans climat territoriaux, gestion de la ressource en eau, villes), et à la biodiversité. L’implication de collectivités françaises et japonaises, à travers des échanges ville à ville sur des thèmes environnementaux, sera recherchée, à l’image de l’accord signé le 15 mars entre la ville d’Ono et la Communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée.

Informations complémentaires

dernière modification le 04/04/2018

haut de la page