Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Russie à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’entrée en vigueur du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires

Paris, 10 mars 2020

Le 5 mars 1970, le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) entrait en vigueur. Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, nous saluons la contribution incommensurable de ce traité historique à la sécurité et à la prospérité des nations et des peuples du monde. Nous réaffirmons notre attachement au TNP dans toutes ses dimensions.

Le TNP a constitué le fondement des efforts internationaux visant à contenir la menace, planant hier comme aujourd’hui, d’une prolifération des armes nucléaires dans le monde et a ainsi servi les intérêts de tous ses États parties.

Nous nous réjouissons également des bénéfices extrêmement variés apportés par les utilisations pacifiques de l’atome, tant pour l’électricité que pour la médecine, l’agriculture ou encore l’industrie. Nous réitérons notre soutien résolu à l’élargissement de l’accès aux bénéfices de l’énergie nucléaire et de ses applications à des fins pacifiques. C’est grâce au TNP que prospère cet atout pour l’humanité, et le régime de non-prolifération nucléaire bâti autour du traité a permis de garantir que les programmes nucléaires sont et demeureront entièrement pacifiques.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre du TNP, à la fois pour promouvoir la coopération la plus complète possible concernant les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire et pour appliquer les garanties et vérifier que les programmes nucléaires sont totalement pacifiques. Un accord de garanties généralisées de l’AIEA associé à un Protocole additionnel fournit des assurances crédibles concernant l’absence d’activités nucléaires non déclarées, et doit devenir la norme universelle de vérification du respect des obligations découlant du TNP. Nous accordons notre soutien total et constant à l’AIEA et encourageons les autres pays à faire de même.

Nous demeurons attachés, au titre du TNP, à la poursuite de négociations de bonne foi sur des mesures efficaces relatives au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. Nous soutenons l’objectif ultime d’un monde sans armes nucléaires, avec une sécurité non diminuée pour tous. En permettant d’apaiser les tensions internationales et de créer les conditions de la stabilité, de la sécurité et de la confiance entre les nations, le TNP a contribué de façon essentielle au désarmement nucléaire. Il permet aujourd’hui encore de mettre en place les conditions nécessaires à la poursuite des progrès en matière de désarmement nucléaire.

Tout comme son succès à l’époque n’était pas certain, sa réussite future n’est pas garantie. Elle dépend de nos efforts concertés et constants pour faire en sorte qu’il soit respecté, promouvoir son universalisation, mettre en place des garanties efficaces et répondre aux problèmes actuels et naissants liés à la prolifération quel que soit l’endroit où ils apparaissent. Même au cœur de la Guerre froide, nos prédécesseurs ont investi avec sagesse dans notre sécurité et notre prospérité communes. Aujourd’hui, nous nous engageons à ne pas laisser faillir notre détermination à préserver et à consolider cet héritage pour les générations futures.

Wang Yi
Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine

Jean-Yves Le Drian
Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française

Sergueï Lavrov
Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie

Dominic Raab
Ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

Michael R. Pompeo
Secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique

dernière modification le 11/03/2020

haut de la page