Entretien du Président Hollande avec M. Shinzo Abe, Premier ministre du Japon [ja]

Le Président de la République a reçu le 20 mars 2017, M. Shinzo Abe, Premier ministre du Japon, dans le cadre de la visite de travail qu’il effectuait en France.

Déclaration du Président Hollande à l’occasion de la visite de travail de M.Shinzo Abe

C’est un grand plaisir pour moi de recevoir une fois encore le Premier ministre Shinzo Abe qui est un ami, et qui lui-même est venu plusieurs fois ici, à Paris. Moi-même je suis allé à plusieurs reprises au Japon, la dernière était pour le Sommet du G7 qui était un grand succès. Les relations entre la France et le Japon sont excellentes. Le mot n’est pas trop fort. Nous avions signé, avec le Premier ministre japonais lors de ma visite en 2013 un partenariat d’exception fondé sur trois objectifs : l’économie, la sécurité et la culture et nous allons donner une illustration à ce partenariat d’exception.

Le Japon est notre deuxième client en Asie, le premier investisseur asiatique en France. Nous allons encore renforcer nos échanges, appuyer nos développements vers les pays tiers, mener un plan franco-japonais en matière de développement durable. Nous avons mis l’innovation au cœur de notre relation et nous voulons aussi donner maintenant un grand coup d’accélérateur à notre coopération en matière de nucléaire civil. Nous venons d’ailleurs de signer une déclaration d’intention qui marque de grands progrès puisque l’entrée des entreprises japonais Mitsubishi Heavy Industries et JNFL au capital du Nouvel Areva, va donner une preuve concrète de notre participation à ce grand projet, de la même manière que Mitsubishi Heavy Industries entrera au capital d’Areva NP. Nous travaillons sur la sûreté car c’est un élément essentiel en matière d’énergie nucléaire et vous savez combien le Japon y est attentif.

Nous avons aussi voulu qu’il y ait une année de l’innovation France-Japon. Cela a été un succès et nous allons travailler aussi à un accord de coopération sur les textiles intelligents et lancer un appel à projets pour le développement de l’industrie du futur et des objets connectés. Mais si nous voulons que notre relation puisse encore s’intensifier, nous devons faire en sorte que l’accord commercial et de partenariat économique entre l’Union européenne et le Japon puisse être signé ; la France y est favorable et accompagne la négociation autant qu’elle le peut.

Le second sujet, c’est la sécurité et la défense. La France réaffirme son soutien au rôle accru du Japon dans le domaine du maintien de la paix et nous avons décidé de travailler ensemble pour favoriser l’interopérabilité de nos forces, avoir des exercices communs et notamment sur le plan naval dans le Pacifique. Nous agissons aussi contre la prolifération nucléaire. C’est la raison pour laquelle nous dénonçons les tirs qui ont été effectués par la Corée du Nord et le développement de son programme nucléaire et balistique en violation de toutes ses obligations internationales. Le Japon sait qu’il peut compter sur l’entière solidarité et sur le soutien de la France, notamment après le tir de quatre missiles nord-coréens qui se sont abattus le 6 mars à proximité des côtes japonaises.

La troisième dimension de notre partenariat d’exception, c’est la culture. En 2018, il y aura les événements « Japonismes » et la France organisera un certain nombre de manifestations. Le Premier ministre Shinzo Abe, nous a fait l’honneur d’annoncer qu’il sera bien là l’année prochaine et ce sera une façon d’illustrer le 160e anniversaire de nos relations diplomatiques.

Enfin, je veux souligner que les touristes japonais sont revenus en nombre depuis le premier trimestre. Leur nombre a en effet augmenté de 47% parce que nous avons apporté aussi toutes les conditions de sécurité et améliorer encore l’accueil que nous pouvions réserver. Nous attachons beaucoup de prix à la présence des touristes japonais en France ; ils sont épris de la culture française, de la gastronomie française, des paysages français, de la même manière que nous encourageons les Français à aller visiter le Japon.

Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres y compris pour l’organisation de grandes manifestations sportives puisque vous savez que le Japon va accueillir la Coupe du monde de rugby en 2019 et puis il y aura les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Comme la France est candidate pour les jeux olympiques de 2024, nous avons beaucoup à apprendre, beaucoup à échanger sur la capacité de nos deux pays à accueillir de grands événements internationaux.

Enfin, je veux souligner le rôle qu’a joué monsieur Abe pour, non seulement, conclure l’accord de Paris sur le climat mais pour le mettre en œuvre. Nous avons des programmes communs notamment en matière de développement durable en Afrique.

Nous poursuivons les mêmes objectifs en matière de renouvelable et d’une façon générale, nous sommes pour un monde régulé, pour un monde ouvert, pour un monde qui s’organise ensemble pour assurer les grands défis que ce soit celui de la paix, de l’environnement, du climat ou de la question de la non-prolifération nucléaire parce que nous voulons un monde qui puisse être pacifié et en même temps qui puisse être organisé.

Nous sommes pour le multilatéralisme, nous refusons le protectionnisme. Nous sommes pour que chaque pays s’engage pour le bien de l’Humanité et pour le bien de la planète. Voilà les conceptions qui nous rassemblent dans le partenariat d’exception dont je suis fier ici d’avoir donné un coup d’accélérateur depuis le début de mon mandat.

Déclaration d’intention sur la coopération en matière d’énergie nucléaire civile

La ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat de la République française et le ministre de l’économie, du commerce et de l’industrie du Japon (METI) ont signé à Paris le 20 mars 2017 une déclaration d’intention sur la coopération en matière d’énergie nucléaire civile, à l’occasion de la visite de M. Shinzo Abe, Premier ministre du Japon.

Cette déclaration d’intention, mettant en avant le long passé de coopération dans le domaine de l’usage pacifique de l’énergie nucléaire entre les deux pays, identifie plusieurs domaines dans lesquelles la coopération pourrait être encore renforcée :

  • la sûreté, la sécurité et la non prolifération nucléaires au niveau mondial ;
  • le cycle du combustible, notamment pour le recyclage des combustibles usés et la gestion des déchets radioactifs ;
  • les réacteurs à neutrons rapides, avec un renforcement envisagé du partenariat entre la France et le Japon sur le projet de réacteur nucléaire de 4ème génération ASTRID ;
  • le démantèlement et la décontamination, notamment pour le démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ;
  • la coopération industrielle, avec en particulier la signature des documents juridiques relatifs à la prise de participation des industriels japonais MHI et JNFL dans la société New Areva, et les discussions en cours avec MHI dans le cadre de l’ouverture du capital de New NP ;
  • l’énergie de fusion.

Télécharger la déclaration d’intention signée avec le Japon (PDF - 212.5 ko)

dernière modification le 19/04/2017

haut de la page