Exposition ATM tempo I/II/III d’Emmanuel Saulnier [ja]

L’œuvre d’Emmanuel Saulnier fait écho à des faits historiques et tragiques et nous renvoie à des questionnements sur la nature de ce qui nous anime. Invité à l’espace d’exposition Ginza Maison Hermès Le Forum, Emmanuel Saulnier poursuit sa quête existentielle avec un projet artistique singulier, d’inspiration musicale, entre improvisation et réflexion.

Place noire | 2007 Pieces of black asphalt | Installation view at Atelier Brancusi, Centre Pompidou, Paris Photo : Sébastien Gschwind
Place noire | 2007
Pieces of black asphalt | Installation view at Atelier Brancusi, Centre Pompidou, Paris
Photo : Sébastien Gschwind
© Courtesy of the artist
Trans | 2012 Metal, stainless steel | 140 x 65 cm | Photo : Tadzio
Trans | 2012
Metal, stainless steel | 140 x 65 cm | Photo : Tadzio
© Courtesy of the artist
Round Midnight | 2016 Burnt and carved wood, ink, glass, dry ink | Installation view at Palais de Tokyo, Paris Photo : André Morin
Round Midnight | 2016
Burnt and carved wood, ink, glass, dry ink | Installation view at Palais de Tokyo, Paris
Photo : André Morin
© ADAGP, Paris 2017 Courtesy of the artist
Solo, Without forgetting forgetfulness | 2015 Glass, ink, water | 400 x -4 cm each, set of 2 | Installation view at Mori Art Museum, Tokyo Photo : Zack Barouti
Solo, Without forgetting forgetfulness | 2015
Glass, ink, water | 400 x -4 cm each, set of 2 | Installation view at Mori Art Museum, Tokyo
Photo : Zack Barouti

 
Il est question de rythme, de spontanéité mais aussi de silence. Le travail qu’Emmanuel Saulnier présente à Ginza Maison Hermès Le Forum est directement inspiré par la musique, en l’occurrence celle du pianiste américain Thelonious Monk. Marqué par les performances du compositeur et interprète – qui se produisit à Tokyo en 1963 –, le plasticien français a assemblé trois éléments (tempo I/II/III) comme une pièce de musique jazz. Ce projet fait suite à Black Dancing, l’exposition personnelle qui lui a été consacrée récemment par le Palais de Tokyo à Paris.

Parallèlement à la transparence du verre (son matériau de prédilection), bois sculpté, bitume et encre séchée jouaient de l’obscurité avec une liberté revendiquée, proche de l’improvisation jazz. Au visiteur d’activer, par sa présence, le rythme propre à chaque pièce. Hormis son univers musical, Emmanuel Saulnier dévoile au Forum une partie de son horizon artistique à travers un accrochage de pièces réalisées par d’autres artistes et issues de son atelier aux Beaux-Arts de Paris où il enseigne. Ces œuvres, en regard de l’exposition, dressent un portrait en creux de cet acteur majeur de la scène française, né en 1952.

Ce projet s’inscrit dans un compagnonnage de longue date avec la Fondation d’entreprise Hermès, après une exposition personnelle à La Verrière, en 2002, et une production pour l’exposition Formes simples, présentée au Centre Pompidou-Metz en France en 2014 en coproduction avec la fondation, puis au Mori Art Museum à Tokyo l’année suivante. Rappelons enfin qu’Emmanuel Saulnier a été l’un des parrains du premier cycle du programme de résidences d’artistes dans les manufactures d’Hermès, proposant à de jeunes artistes de collaborer avec les artisans d’Hermès.

Du 14 juillet au 31 octobre, à l’espace d’exposition Ginza Maison Hermès Le Forum

Vernissage de l’exposition

M. Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon, a assisté à la cérémonie d’ouverture de l’exposition à l’espace Ginza Maison Hermès Le Forum, le 13 juillet.

M. Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
M. Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
M. Masao Ariga, président d'Hermès Japon (à gauche)
M. Masao Ariga, président d’Hermès Japon (à gauche)
M. Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique d'Hermès (à gauche)
M. Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique d’Hermès (à gauche)
M. Emmanuel Saulnier, artiste
M. Emmanuel Saulnier, artiste
Mme Reiko Setsuda, commissaire de l'exposition
Mme Reiko Setsuda, commissaire de l’exposition

dernière modification le 17/01/2019

haut de la page