Forum de Paris sur la paix : créer le premier incubateur de solutions aux enjeux internationaux [ja]

Les tensions internationales croissent et la réponse aux enjeux globaux n’a jamais été aussi urgente. Face à ces défis, le Forum de Paris sur la Paix, dont la première édition s’est tenue du 11 au 13 novembre 2018 à la Grande halle de La Villette, entend réunir tous les acteurs de la gouvernance mondiale pour redonner corps au multilatéralisme et à l’action collective.

Suivez le Forum de Paris sur la Paix sur les réseaux sociaux
Twitter, Facebook, Linkedin, Instagram, Medium

Le Forum de Paris sur la Paix a permis de rapprocher acteurs politiques et citoyens ainsi que tous les acteurs engagés dans la recherche et la mise en œuvre de solutions à ces défis globaux (conflits armés, réchauffement climatique, déstabilisation de l’Internet etc.). Acteurs de la société civile, dirigeants d’organisations régionales et internationales, chefs d’État et de gouvernement s’y ont rencontrés librement pour faire émerger les solutions de demain.

© Judith Litvine / MEAE
© Judith Litvine / MEAE
© Judith Litvine / MEAE
© Judith Litvine / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE
© Frédéric de La Mure / MEAE

 
Sur le fond comme sur la forme, le Forum de Paris sur la Paix n’est pas conçu comme un sommet, un salon ou une conférence internationale classique. Il place en son cœur les solutions innovantes qui répondent aux défis d’aujourd’hui en matière de gouvernance et, autour desquelles, toutes les séquences sont organisées.

Le Forum s’articule autour de 5 thématiques : paix et sécurité, environnement, développement, économie inclusive, nouvelles technologies. Les défis auxquels nous faisons face ne s’embarrassent pas des contraintes sectorielles : le Forum de Paris sur la Paix en prend acte.

Cent ans après la fin de la première guerre mondiale, le Forum de Paris sur la Paix a rappelé qu’il y a une urgence à agir, qui exige action concrète, liberté de ton, et dialogue ouvert entre tous les acteurs.

PDF - 103.7 ko
La déclaration conjointe avec les organisations internationales à l’occasion du Forum de Paris sur la Paix (11.11.2018)
(PDF - 103.7 ko)

Discours d’ouverture du Président de la République Emmanuel Macron

Lire le discours

Seul le prononcé fait foi.

La Villette – Dimanche 11 novembre 2018

Mes chers amis,

Mesdames, Messieurs les Chefs d’État et de gouvernement,

Chers amis,

Je souhaitais juste prononcer ici quelques mots d’accueil.

De ces cérémonies du centenaire de l’Armistice de 1918, l’histoire retiendra sans doute une image : celle de 84 chefs d’État et de gouvernement des Nations autrefois belligérantes, réunis à Paris sous l’Arc de Triomphe, dans la paix. Mais ce qui demeure incertain pour l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image ; sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les Nations ou au contraire, la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre ? Et cela ne dépend que de nous.

Le monde dans lequel nous vivons est fragilisé par des crises qui déstabilisent nos sociétés : crise économique, écologique, climatique, défi migratoire. Fragilisé par la résurgence de menaces capables de frapper à tout moment : terrorisme, prolifération chimique ou nucléaire, cybercriminalité. Fragilisé par le retour des passions tristes : nationalisme, racisme, antisémitisme, extrémisme - qui remettent en cause cet horizon que nos peuples attendent.

C’est pourquoi nous avons voulu organiser ce Forum de Paris sur la paix qui a vocation à se reproduire chaque année et à rassembler les chefs d’État et de gouvernement bien sûr - et je veux remercier toutes celles et ceux qui sont ici présents et qui se sont mobilisés - mais également les représentants des organisations internationales, des organisations non gouvernementales, des pouvoirs locaux, des associations, des entreprises, des fondations, des intellectuels, des journalistes, des activistes, comme vous l’avez dit chère Trisha, toutes celles et ceux qui font aujourd’hui le monde et qui peuvent le changer.

Ce Forum de Paris sur la paix a pour vocation, chaque année, de réunir les uns et les autres pour promouvoir des actions concrètes, pour que ce travail de paix avance un peu plus chaque année. C’est aussi pour cela que je veux saluer ici la présence de la co-lauréate du prix Nobel de la paix 2018, Nadia Murad, qui lancera dans quelques instants un projet très concret pour consolider la paix à travers sa fondation pour le Sinjar dans le nord de l’Irak. Merci à vous.

Voilà mes chers amis, si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que tous ceux qui sont tombés il y a 100 ans, comme le disait Clémenceau, ont des droits sur nous. Et c’est là que gît notre devoir. Il y a 100 ans, nous n’avons pas réussi à gagner la paix parce que la France et l’Allemagne ont continué de se diviser. Et d’humiliations en crises, en montée des totalitarismes, vingt ans plus tard, la guerre ressurgit. C’est pourquoi je tenais absolument à ce que ce premier Forum de Paris sur la paix soit inauguré par madame la Chancelière Angela Merkel. Merci chère Angela.

Et il y a 100 ans, nos prédécesseurs ont tenté de construire durablement cette paix ; ils ont inventé la Société des Nations, la première forme de coopération internationale. Mais elle s’est fracassée sur l’unilatéralisme de certains, sur les crises économiques, morales, et sur les nationalismes. C’est pourquoi je souhaitais que le deuxième intervenant pour ouvrir ce Forum de Paris sur la paix soit le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Merci cher Antonio d’être là.

Voilà Mesdames et Messieurs, ce que je tenais à vous dire, en vous remerciant pour votre présence et en remerciant la Chancelière Merkel et le secrétaire général Guterres, pour leur présence et leurs mots. Je leur cède la parole. Merci à vous.

Les porteurs des solutions de gouvernance au cœur du Forum

Après un appel à projets ayant réuni près de 900 candidatures cet été, 120 projets ont été sélectionnés pour être présents à Paris du 11 au 13 novembre 2018. Les porteurs des solutions de gouvernance sélectionnées ne présentent pas simplement leurs actions comme cela se fait souvent dans des salons ou des conférences.

Résumé de la journée du 11 novembre :

Rassemblés à l’occasion du premier Forum de Paris sur la Paix, ils sont au centre de l’événement conçu comme un village mondial de l’action. Les porteurs de projets constituent une communauté d’acteurs engagés dans la recherche et l’application des solutions concrètes.

Le Forum s’inscrit sur la durée. L’idée n’est pas simplement de mettre un coup de projecteur sur des initiatives, aussi importantes soient-elles, mais de les renforcer, de les accompagner dans leur croissance et leur mise en œuvre. Un comité de suivi composé d’experts accompagnera pendant un an 10 des 120 projets présents à Paris du 11 au 13 novembre.

parispeaceforum.org - JPEG

Le Forum de Paris sur la paix en chiffres

  • 848 projets de gouvernance mondiale candidats
  • 120 solutions de gouvernance venant de 42 pays
  • 350 porteurs de projets, 200 speakers et des milliers d’invités
  • Plus de 80 débats et 130 présentations de projets sous forme de pitchs
  • 105 pays invités – 60 confirmés – 30 organisations internationales représentées
  • Un hackathon sur 3 jours rassemblant 80 participants, mobilisant l’intelligence collective dans les champs des sciences sociales, de l’informatique, des données, de l’économie autour des enjeux de gouvernance mondiale et de la transparence des données financières.

« Le Forum de Paris sur la Paix est constitué en association loi 1901. Celle-ci rassemble la Fondation nationale des sciences politiques (Sciences Po), la Fondation Körber, la Fondation Mo Ibrahim, l’Institut français des relations internationales, l’Institut Montaigne et la République française, représentée par le Quai d’Orsay. »

Justin Vaïsse, directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, assure la présidence du Forum.

dernière modification le 19/11/2018

haut de la page