Informations Coronavirus – Covid-19

Face à la crise liée au coronavirus - Covid-19, les services de l’État et du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, votre ambassade à Tokyo et votre consulat général à Kyoto en particulier, sont pleinement mobilisés.

Les autorités chinoises et l’OMS ont annoncé, le 31 décembre 2019, avoir identifié un nouveau virus (Covid-19) à Wuhan. Si les coronavirus sont généralement responsables de rhumes et de syndromes grippaux bénins, ils peuvent aussi, comme c’est le cas avec le coronavirus Covid-19, provoquer des pathologies graves, notamment chez les personnes fragiles (personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, nourrissons, femmes enceintes).

À ce jour, selon le dernier rapport de l’OMS, le Covid-19 a affecté plus de 5 200 000 personnes dans le monde. Près de 338 000 personnes sont décédées, essentiellement aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne, en France, au Brésil, en Belgique, en Allemagne, en Iran, au Mxique, au Canada, aux Pays-Bas et en Chine. L’OMS qualifie le développement du coronavirus de « pandémie » depuis le 12 mars.

1. Quelle est la situation de l’épidémie au Japon ?

Au Japon, 16 611 cas ont été identifiés à la date du 24 mai selon le ministère de la Santé, auxquels s’ajoutent 712 cas à bord du navire de croisière « Diamond princess » arrivé dans le port de Yokohama.

Des cas ont été recensés dans 46 départements sur 47. Les plus touchés sont, à la date du 24 mai, Tokyo (5 152), Osaka (1 781), Kanagawa (1 330), Hokkaido (1 054), Saitama (996), Chiba (898), Hyogo (699), Fukuoka (666), Aichi (510), Kyoto (358), Ishikawa (295), Toyama (227), Ibaraki (168), Hiroshima (167), Gifu (150), Gunma (149), Okinawa (142), Fukui (122) et Shiga (100).

839 personnes sont décédées, auxquels s’ajoutent 13 passagers décédés du Diamond Princess.

2. Quelles sont les recommandations des autorités sanitaires japonaises ?

Pour empêcher le virus de se propager, il est impératif de suivre les recommandations des autorités sanitaires locales.

Mesures de portée générale :

Le gouvernement japonais a diffusé des consignes (voir ci-dessous) et pris un ensemble de mesures :

  • surveillance médicale interne accrue depuis le 28 janvier. Conformément à la législation en vigueur, les autorités locales peuvent décider d’hospitaliser et de soumettre à des examens médicaux les personnes susceptibles d’être infectées, avec une prise en charge par l’État japonais ;
  • possibilité de mise en quarantaine des personnes exposées ou ayant développé des symptômes ;
  • fermeture, à compter du 2 mars, de tous les établissements primaires et secondaires du pays jusqu’à la fin des vacances de printemps et vraisemblablement au-delà dans certains départements ;
  • incitation au report ou à l’annulation des événements de grande ampleur prévus dans des lieux confinés.
Le 11 mai, le gouvernement japonais a pris la décision de lever l’état d’urgence dans 39 des 47 préfectures du pays. Pour mémoire, l’état d’urgence avait d’abord été décrété dans sept préfectures le 7 avril puis étendu à tout le territoire japonais le 16 avril.
 
Les 8 préfectures qui demeurent actuellement dans le périmètre de l’état d’urgence sont Tokyo, Osaka, Chiba, Saitama, Kanagawa, Hyogo, Kyoto et Hokkaido. Leur situation fera l’objet d’un nouvel examen le 21 mai, en vue d’une possible levée avant le 31 mai, date à laquelle il est normalement prévu qu’il prenne fin.
 
Les autorités japonaises ont par ailleurs précisé que 5 des 39 préfectures concernées par la levée de l’état d’urgence, qui étaient auparavant en "vigilance spéciale » (Ibaraki, Gifu, Aichi, Ishikawa, Fukuoka) continueront à faire l’objet d’une surveillance particulière.
 
Sur cette base, les gouverneurs des préfectures peuvent adopter les mesures qu’ils jugent nécessaires pour freiner la propagation du Covid-19 au sein de leur territoire : demande de confinement à domicile, fermetures d’établissements tels que les écoles et certains commerces non essentiels, annulations d’événements et réquisitions à des fins sanitaires.
 
Tous les Français actuellement au Japon sont invités à se tenir informés, notamment en consultant les sites internet mis en place par les autorités préfectorales, et à respecter rigoureusement l’ensemble des consignes et recommandations. Pour plus d’informations sur l’état d’urgence.

Le panel d’experts du gouvernement recommande par ailleurs à l’ensemble de la population depuis le 22 avril d’appliquer les dix mesures suivantes :

  1. Maintenir le contact avec ses proches par appel téléphonique ou vidéo tout en évitant les rencontres physiques (Ce point concerne particulièrement les personnes dont les parents ou proches sont âgés et résident dans un lieu différent) ;
  2. Faire ses courses seul et éviter les heures d’affluences dans les supermarchés ;
  3. Faire son jogging seul ou en petit groupe et aux heures où les parcs sont les moins peuplés ;
  4. Réaliser les achats les moins urgents en ligne ;
  5. Garder le contact avec ses amis en ligne plutôt que de sortir en ville ;
  6. Consulter son médecin par internet, notamment pour les consultations de routine ;
  7. Faire du sport chez soi ;
  8. Préférer les plats à emporter ou la livraison à domicile plutôt que le restaurant ;
  9. Privilégier le télétravail ;
  10. Porter un masque, notamment pour parler.

Conseils des autorités japonaises – mesures individuelles :

Pour les personnes présentant des symptômes, le ministère de la Santé recommande les mesures suivantes :

  • Les personnes qui présentent des symptômes importants comme une forte fièvre, une fatigue intense ou des difficultés respiratoires sont invitées à contacter leur service départemental de consultation téléphonique (voir liste - informations en japonais). En cas de symptômes de rhume et de fièvre, ce conseil concerne également les personnes qui suivent un traitement antipyrétique (pour le traitement de la fièvre).
  • Pour les personnes âgées, diabétiques, souffrant d’insuffisance cardiaque ou respiratoire, sous dialyse, ou sous traitement anticancéreux ou immunosuppresseur et qui sont susceptibles de présenter des symptômes graves en cas de contamination, les recommandations ci-dessus sont valables dès l’apparition des premiers symptômes.
  • Les femmes enceintes sont également invitées à consulter le plus rapidement possible en cas de symptômes.
  • À ce stade, les enfants ne sont pas considérés comme des personnes susceptibles de souffrir de symptômes graves et peuvent donc suivre les recommandations valables pour la population générale.

Si vous présentez l’un de ces symptômes (fièvre, symptômes du rhume) :

  • limiter les sorties, ne pas se rendre au travail ou à l’école et prendre quotidiennement sa température.
  • porter un masque
  • prévenir à l’avance l’établissement médical avant de s’y rendre pour faire des examens
  • structures médicales et hotline pouvant être contactées :
    • À Tokyo : Tokyo Novel Coronavirus General Consultation Call Center (tél : 0570-550571 /anglophone), de 9:00 à 21:00 tous les jours ;
    • En-dehors de Tokyo : ligne anglophone d’assistance générale « Japan HELPLINE » (tél : 0570 000 911), pour une orientation vers un établissement médical en cas d’urgence ;
    • Le ministère japonais de la santé invite les étrangers à contacter la Japan visitor Hotline qui répond également à vos questions pour une assistance y compris pour le coronavirus (tél : 050-3816-2787 /anglophone, 24/7) ;
    • Dans le Kansai (PDF) ; contacts utiles dans l’Ouest du Japon (PDF)

Certaines préfectures japonaises ont également mis en place des services de consultation en langues étrangères pour les ressortissants étrangers.

D’une manière générale, le gouvernement recommande à l’ensemble de la population d’éviter les rassemblements publics, et particulièrement les lieux mal ventilés. Plusieurs collectivités locales ont pris des mesures spécifiques selon leur situation. Les départements de la région du Kantō recommandent ainsi depuis le 26 mars d’éviter autant que possible les déplacements non-nécessaires et de privilégier le télétravail lorsque c’est possible.

Pour plus d’informations :

3. Je suis actuellement au Japon et je dois rentrer en France prochainement. Comment savoir si mon vol est maintenu ? Comment anticiper mon retour ?

  • Depuis le 17 mars, les frontières de l’Union européenne sont fermées aux ressortissants des pays non européens pour des voyages non essentiels. Pour autant, les Européens et les résidents dans l’Union européenne ayant un titre de séjour peuvent regagner leur domicile. Les Français peuvent donc rentrer en France et sont même encouragés à le faire le plus vite possible.
  • Il est conseillé aux Français de passage au Japon de prendre contact le plus rapidement possible avec la compagnie aérienne avec laquelle ils ont prévu de voyager. Certaines compagnies ayant annoncé la suspension de tout ou partie de leurs vols en provenance ou à destination de plusieurs pays considérés à risques, nous vous recommandons d’anticiper dès à présent votre retour en avançant votre vol.
  • Si vous avez réservé votre séjour via une agence de voyages, nous vous invitons à la contacter pour vérifier le maintien des vols prévus et envisager, le cas échéant, les conditions d’un remboursement ou d’un report de dates ou de destination. Si votre vol et votre hébergement ont été réservés séparément, vous devez solliciter directement la compagnie aérienne ou l’hôtelier.

Contactez également votre/vos compagnie(s) d’assurance pour connaître l’état de vos garanties à l’étranger.

  • En cas d’annulation, nous vous recommandons de demander à être reprogrammé sur un autre vol à destination d’un pays desservi, ou à demander le remboursement de votre vol et réserver par vous-même un autre vol. Nous vous invitons à vérifier sur le site conseils aux voyageurs les mesures mises en place par les pays par lesquels vous souhaitez transiter.

Plus d’informations sur vos droits en cas d’annulation d’un vol ou d’un séjour

  • En cas de vol vers la France avec escale, si votre destination de transit est soumise à des restrictions de voyages, rapprochez-vous de votre compagnie aérienne pour prendre un autre itinéraire.
  • Si votre itinéraire de retour vers la France est modifié, prévenez vos proches afin qu’ils ne s’inquiètent pas.
  • Les Français de passage au Japon qui rencontreraient des difficultés particulières peuvent contacter la réponse téléphonique mise en place par l’Ambassade de France au Japon au numéro suivant : +81 (0) 3 5798 6300.

Important : toutes les personnes, françaises ou étrangères, qui rentrent ou transitent par la France (France métropolitaine et Outre-Mer) doivent désormais se munir d’une attestation de déplacement international dérogatoire à présenter aux compagnies aériennes et aux contrôles aux frontières avec les pièces justificatives nécessaires.
Cette attestation est exigée pour une entrée ou un transit sur le territoire français depuis le lundi 6 avril 2020 à 18h (heure de Paris).
Pour plus d’informations

4. Pourquoi est-il si urgent de rentrer en France ?

La situation évolue chaque jour et la desserte aérienne se dégrade rapidement.

Aussi pour vous éviter d’être dans une situation inconfortable à l’étranger (besoin de chercher un hôtel, difficulté à trouver une place sur un vol pour la France), nous vous invitons à anticiper votre retour.

5. Je suis résident au Japon. Mon permis de séjour/visa reste-t-il valable ?

Les mesures prises par les autorités japonaises ne concernent pas les Français résidents déjà présents sur le territoire japonais, entrés avant le 21 mars.

En revanche, l’attention de ressortissants français titulaires d’un permis de long séjour est appelée sur le fait que :

  • Sauf circonstances exceptionnelles (cf. infra), l’Agence de l’Immigration interdit l’entrée sur le territoire japonais à tout ressortissant étranger ayant séjourné en France dans les 14 jours précédents son arrivée au Japon (cette interdiction vise 73 pays au total, dont la France).
  • Cette mesure concerne aussi les résidents étrangers qui sont sortis du Japon après le 3 avril inclus et ont séjourné en France, ou dans un des 72 autres pays visés par l’interdiction, dans les 14 jours avant leur retour au Japon. Ces personnes se verront donc également interdites d’entrée sur le territoire.
  • Les seules exceptions concernent les étrangers déjà établis au Japon, disposant du statut de “résident permanent”, d’ “époux ou enfant d’un citoyen japonais”, d’ “époux ou enfant d’un résident permanent” ou encore de “résident de long terme”, et qui auraient quitté temporairement le Japon avant le 2 avril avec une permission de retour (re-entry permit). Les résidents qui quitteraient le Japon après le 2 avril ne pourraient pas y revenir, tant qu’est maintenue l’interdiction d’entrée.

La liste des pays visés par l’interdiction d’entrée sur le territoire est disponible sur le site de l’Agence de l’Immigration (en anglais).

Plus d’informations sur les statuts de résidence (en anglais).

6. Pourrais-je le renouveler dans les mêmes conditions qu’auparavant ?

Les résidents au Japon peuvent renouveler leur permis de séjour/visa sans difficulté particulière. Néanmoins, afin de limiter l’afflux de public actuellement constaté dans les bureaux de l’immigration, les autorités japonaises invitent les ressortissants étrangers à ne pas anticiper leurs démarches de renouvellement et à se rendre au service de l’immigration quelques jours seulement avant l’expiration de leur titre. Il est par ailleurs possible, pour ceux qui ne souhaitent pas effectuer ces démarches eux-mêmes, de recourir aux services payants d’un écrivain public habilité spécialisé dans les démarches administratives (gyôsei shoshi 行政書士). Les mairies d’arrondissement disposent généralement d’une liste de ces officines.

7. Je suis touriste au Japon. Est-ce que mon visa de 90 jours est annulé ?

Les mesures prises par les autorités japonaises ne concernent pas les Français déjà présents sur le territoire japonais, entrés avant le 21 mars.

La vignette qui vous a été délivrée à votre entrée sur le territoire japonais reste valable. La mesure prise par le Japon n’a donc pas d’impact sur la légalité de votre séjour.

Nous vous recommandons cependant selon la durée de validité de votre visa d’anticiper votre retour en France (cf. 3 & 4)

8. Je suis étudiant(e) / en poste au Japon jusqu’à cet été. Dois-je rentrer en France maintenant ?

À ce stade, si vous vivez au Japon pour plusieurs mois encore, vous n’êtes pas formellement encouragés à quitter le pays.

Toutefois, nous vous invitons à évoquer cette question avec votre université/votre employeur afin de vérifier qu’il n’y a pas de changement concernant les conditions de votre séjour au Japon.

Important : toutes les personnes, françaises ou étrangères, qui rentrent ou transitent par la France (France métropolitaine et Outre-Mer) doivent désormais se munir d’une attestation de déplacement international dérogatoire à présenter aux compagnies aériennes et aux contrôles aux frontières avec les pièces justificatives nécessaires.
Cette attestation est exigée pour une entrée ou un transit sur le territoire français depuis le lundi 6 avril 2020 à 18h (heure de Paris).
Pour plus d’informations

9. Les autorités françaises prévoient-elles de rapatrier les Français ?

À ce stade, les liaisons aériennes commerciales étant assurées, nous vous invitons à contacter les compagnies aériennes.

10. Une fois rentré en France par liaison aérienne, peut-on se déplacer sur le territoire français pour rejoindre son domicile ? Faut-il produire un document particulier ? Un proche peut-il venir me chercher à l’aéroport ?

Toutes les personnes, françaises ou étrangères, qui rentrent ou transitent par la France (France métropolitaine et Outre-Mer) doivent désormais se munir d’une attestation de déplacement international dérogatoire à présenter aux compagnies aériennes et aux contrôles aux frontières avec les pièces justificatives nécessaires.
Cette attestation est exigée pour une entrée ou un transit sur le territoire français depuis le lundi 6 avril 2020 à 18h (heure de Paris).
Pour plus d’informations

Une fois arrivé sur le territoire français, vous pourrez rejoindre votre domicile. Le ministère de l’Intérieur indique en effet que le retour de personnes à leur domicile est un cas dérogatoire prévu aux restrictions de déplacement. Ce retour au domicile sera possible en renseignant un autre document qui peut être téléchargé sur le site du ministère de l’intérieur. Il vous est conseillé de conserver également avec vous votre carte d’embarquement comme preuve de votre arrivée récente de l’étranger.

S’agissant des accompagnants, seuls les déplacements auprès de personnes vulnérables sont autorisés par les nouvelles mesures.
Pour plus d’informations

11. Je dois me rendre au Japon pour du tourisme ou pour un séjour de longue durée. Pourrai-je entrer au Japon ?

À compter du 27 mars, le gouvernement japonais met en œuvre une interdiction totale d’entrer au Japon pour toute personne non japonaise ayant séjourné dans un pays européen, dont la France, dans les 14 jours précédant son arrivée. Cette interdiction d’entrée vaut également pour les personnes ayant séjourné en Nouvelle Calédonie ou en Polynésie Française.

L’interdiction d’entrer sur le territoire japonais, qui s’ajoute aux mesures déjà mises en œuvre depuis plusieurs jours (suspension de la validité des visas délivrés avant le 20 mars, suspension de l’exemption des visas pour les courts séjours, auto-quarantaine pendant deux semaines au retour d’un nombre croissant de pays) s’applique aussi aux Français résidents au Japon qui souhaiteraient y retourner après avoir séjourné dans un des pays visés par l’interdiction d’entrée dans les 14 jours précédant leur arrivée.

Pour les conjoints de ressortissants japonais, les services japonais de l’immigration peuvent, au titre des « circonstances spéciales », autoriser l’entrée sur présentation d’une copie certifiée conforme du livret de famille du conjoint japonais, portant mention du mariage. Les personnes concernées sont invitées à le vérifier auprès des services japonais de l’immigration ou des ambassades du Japon dans les pays concernés.

Liste des pays visés : Irlande, Andorre, Italie, Estonie, Autriche, Pays-Bas, Suisse, Suède, Espagne, Slovénie, Danemark, Allemagne, Norvège, Vatican, France, Belgique, Portugal, Malte, Monaco, Liechtenstein, Luxembourg, Islande, Saint-Marin.

12. Je suis à l’étranger et je dois transiter par le Japon pour rejoindre la France. Puis-je circuler entre Haneda et Narita si je dois changer d’aéroport à Tokyo ? Puis-je passer la nuit à l’aéroport de Narita si mon premier vol arrive le soir et que mon second vol part le lendemain ?

Les transits nécessitant une entrée sur le territoire japonais (changement d’aéroport) sont à exclure : ils ne sont possibles qu’avec un visa et les dispositions relatives à la quarantaine s’appliquent, ce qui entraîne notamment l‘impossibilité de prendre les transports en commun y compris les taxis, entre les deux aéroports. Par ailleurs, l’entrée sur le territoire japonais n’est plus possible depuis le 27 mars si vous avez séjourné au cours des 14 derniers jours dans un pays ou région soumis/e à une interdiction d’entrée.

La zone internationale de l’aéroport de Narita est normalement fermée la nuit (entre minuit et 6h). Il est toutefois possible de passer la nuit en zone internationale dans l’attente du vol du lendemain. A votre arrivée à Narita, nous vous invitons à contacter les deux compagnies aériennes qui vous acheminent (celle entre votre point d’origine et Tokyo et/ou celle entre Tokyo et votre destination finale) afin d’identifier l’endroit où vous pourrez passer la nuit.

13. Puis-je voyager vers un pays étranger au départ du Japon ?

L’attention des personnes qui souhaitent voyager au départ du Japon vers un autre pays que la France est appelée sur les restrictions d’entrée de plus en plus nombreuses imposées par un certain nombre de pays pour les voyageurs ayant séjourné au Japon. Ces mesures, qui vont de l’interdiction d’entrer sur le territoire au suivi médical des personnes arrivant du Japon, sont recensées par le ministère japonais des Affaires étrangères sur son site de conseils aux voyageurs (en japonais). Le site internet Conseils aux voyageurs du MEAE peut également être consulté (fiches pays).

Inversement, le Japon interdit ou restreint l’entrée sur son territoire de personnes ayant séjourné vers de nombreux pays, dont la France ainsi qu’une grande partie de l’Union européenne (cf. 10).

En conséquence, les Français résidant au Japon sont invités, pour des raisons sanitaires, à éviter autant que possible les déplacements internationaux et à limiter leurs mouvements dans les 30 jours à venir.

14. Quelle est la situation des établissements scolaires français au Japon ?

Des recommandations spécifiques destinées aux établissements scolaires français à l’étranger ont été diffusées aux chefs d’établissements du réseau de l’AEFE (mesures de précaution à prendre, conduite à tenir en cas de suspicion de contamination). L’ambassade de France et le consulat général de France à Kyoto sont en contact permanent avec les établissements scolaires français de Tokyo et Kyoto. Le Lycée français international de Tokyo et le Lycée français international de Kyoto, ne rouvriront pas leurs portes avant le 31 mai prochain, au plus tôt.

15. Quels sites consulter pour disposer de toute l’information nécessaire ?

Tenez-vous informé de la situation en consultant la rubrique Dernière minute des Conseils aux voyageurs "Japon".

Pour des informations générales ou se renseigner sur la situation en France : www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Cette plateforme permet d’obtenir des informations sur le Covid-19 et des conseils si vous avez voyagé dans une zone où circule le virus ou côtoyé des personnes qui y ont circulé.

De nouveaux points de situation seront diffusés en tant que de besoin sur le site internet ainsi que sur les comptes Twitter (@ambafrancejp) et Facebook (@ambafrancejp) de l’ambassade de France.

Par ailleurs, l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise présente une cartographie de la propagation du Covid-19 au Japon, élaborée sur la base des données publiées par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires Sociales et des publications officielles des 47 départements.

dernière modification le 25/05/2020

haut de la page