Le Quai d’Orsay lance son incubateur de start-up [ja]

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, rencontre le 26 janvier 2017, les 26 équipes (92 participants) du premier hackathon organisé par le Quai d’Orsay, qui se termine ce soir-là et verra les meilleurs projets récompensés par un jury.

Ce hackathon est l’occasion pour Jean-Marc Ayrault d’annoncer deux nouvelles mesures pour poursuivre la transformation numérique de la diplomatie française :

La création d’un incubateur destiné à promouvoir au sein du ministère des Affaires étrangères et du Développement international une véritable culture de l’innovation en vue d’accélérer la transition numérique en cours

Le Quai d’Orsay sera le deuxième ministère à développer un tel « incubateur d’État ». Cette structure légère proposera aux start-up sélectionnées un accueil dans les locaux du ministère des affaires étrangères et du développement international à Paris, La Courneuve et Nantes ainsi qu’à terme dans certaines ambassades et un accompagnement personnalisé, grâce aux informaticiens et développeurs de la Direction des systèmes informatiques (DSI) du Quai d’Orsay.

L’objectif de cet incubateur sera de faire émerger des solutions aux besoins opérationnels du ministère. Les start-up incubées conserveraient la propriété intellectuelle de ces solutions et donc la possibilité de les commercialiser plus largement. Dans un premier temps, plusieurs participants du hackathon pourront intégrer l’incubateur dès le mois de mars prochain. Un appel plus large à candidature sera ensuite lancé dans la foulée du hackathon.

La nomination d’un administrateur général des données

Sa mission, dans la lignée du Hackathon, sera de coordonner l’ouverture des données du Ministère au public et de favoriser leur exploitation au bénéfice de tous. Laurent Garnier, secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay assurera cette fonction.

Le premier hackathon au Quai d’Orsay (25-26 janvier 2017)

Développeurs, citoyens, étudiants, agents des administrations publiques ou des entreprises… Pendant deux jours, 26 équipes partagent leur expertise et ingéniosité autour des données du ministère des affaires étrangères.

Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI
Photo F.de La Mure / MAEDI

 

Voir aussi :

dernière modification le 27/01/2017

haut de la page