Le mois de mai sous le signe des LGBT [ja]

Le mois de mai 2017 sera placé sous le signe des personnes LGBT à l’Ambassade de France / Institut français du Japon, avec trois événements les 7, 14 et 17 mai.

Tokyo Rainbow Pride

PNG

L’édition 2017 de la « Tokyo Rainbow Pride », le festival annuel des fiertés LGBT, s’est tenu le 7 mai dans le parc de Yoyogi (Shibuya). L’Ambassade de France et l’Institut français du Japon a été, cette année encore, présents pour manifester leur soutien à l’événement sur le stand de l’Union européenne.

Site officiel : Tokyo Rainbow Pride (en japonais)

Débats franco-japonais sur la diversité

JPEG

Le 14 mai, l’Institut français du Japon/Ambassade de France co-organise avec l’Université Meiji une projection et deux débats sur les sujets liés aux questions LGBT : de 10h à 12h30 sur “le mariage pour tous, regards croisés franco-japonais”, de 14h à 16h, sur “quelle place pour les personnes transgenre dans la société ?”.

Ces débats, qui se dérouleront à l’Université Meiji (bâtiment Global Front), en français - japonais avec interprétariat simultané. Entrée libre.

Site de l’IFJ-Tokyo

Message de M. Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon

« Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes vivent dans des pays où le mariage est autorisé pour les couples du même sexe, dont la France depuis 2013. Au Japon, de plus en plus de voix s’élèvent au sein de la société civile en faveur de l’égalité face au mariage. C’est pourquoi nous avons invité trois personnalités françaises pionnières - le premier marié homosexuel qui est aussi militant, la première avocate ayant défendu des familles homoparentales, et la co-fondatrice de l’Observatoire des Transidentités – à venir dialoguer le 14 mai avec des militants, avocats et des responsables municipaux japonais, lors de la journée de la diversité à l’Université Meiji.

La France et le Japon partagent les valeurs démocratiques et celles des droits de l’Homme, notamment la liberté, l’égalité, et la dignité. Nous nous réjouissons que l’Université Meiji souhaite devenir un campus accueillant pour les homosexuels, les lesbiennes et les personnes transgenres, et espérons que les nombreuses initiatives qui fleurissent actuellement à travers le pays, d’Okinawa à Sapporo, trouveront aussi un écho à l’échelon national d’ici les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020, lorsque le monde aura les yeux tournés vers le Japon.

Le 17 mai, c’est la journée mondiale contre l’homophobie. Bien que la France ait légalisé le mariage pour tous, cette journée garde sa pertinence, car les discriminations ne disparaissent pas du jour au lendemain. Il appartient à chacun d’entre nous de rester vigilants et de lutter sans relâche contre les discriminations à l’égard des homosexuels, des lesbiennes et des personnes transgenre, dont on ne parle pas assez et que nous avons ainsi naturellement souhaité inclure dans la thématique des débats.

Etre attentif et ouvert à l’égalité entre les sexes, aux personnes d’origines différentes, à celles ayant une autre identité ou orientation sexuelle, envers les handicapés, ne peut être que bénéfique pour la société. Car la diversité est une richesse, une richesse qui nous unit. »

La Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie

JPEG

La Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, à laquelle s’associe également le ministère des Affaires étrangères et l’Ambassade de France, est célébrée chaque année, le 17 mai.

Cette journée connue sous l’acronyme IDAHO ou International Day Against Homophobia, a été instituée en 2006. Conformément à son engagement en faveur de la lutte contre les violations des droits de l’homme fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, la France a reconnu officiellement cette journée le 17 mai 2008.

Pour en savoir plus sur l’action de la France en faveur des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) : France Diplomatie

dernière modification le 30/05/2017

haut de la page