Les Mondes de Chaumet - L’art de la joaillerie depuis 1780 [ja]

Du 28 juin au 17 septembre 2018, le Mitsubishi Ichigokan Museum de Tokyo consacre une exposition à l’histoire, la culture, le savoir-faire et le style de la maison de haute-joaillerie parisienne Chaumet.

M. Laurent Pic, ambassadeur de France, et M. Akiya Takahashi, directeur du musée Mitsubishi Ichigokan, lors du vernissage de l'exposition (27.06.2018)
M. Laurent Pic, ambassadeur de France, et M. Akiya Takahashi, directeur du musée Mitsubishi Ichigokan,
lors du vernissage de l’exposition (27.06.2018)
© Ambassade de France / Institut français du Japon
Collier issu de la parure japonaise « Chant de printemps », Chaumet, 2018. Or, diamants, rubis, spinelle, rhodolite. Chaumet Paris
Collier issu de la parure japonaise « Chant de printemps », Chaumet, 2018.
Or, diamants, rubis, spinelle, rhodolite. Chaumet Paris
© Droit réservés
Diadème Bandeau de Caroline Murat, Reine de Naples. Or, perles et agathe nicolo. K. Mikimoto & Co Ltd. Attributé à Nitot & Fils, circa 1810
Diadème Bandeau de Caroline Murat, Reine de Naples.
Or, perles et agathe nicolo. K. Mikimoto & Co Ltd. Attributé à Nitot & Fils, circa 1810
© Droits réservés
Diadème « Leuchtenberg », Jean-Baptiste Fossin, circa 1830-1840. Or, argent, émeraudes et diamants. Collection Chaumet Paris
Diadème « Leuchtenberg », Jean-Baptiste Fossin, circa 1830-1840.
Or, argent, émeraudes et diamants. Collection Chaumet Paris
© Chaumet / Nils Herrmann
Diadème « Epis de blé penchés sous le vent », François-Regnault Nitot, circa 1811. Or, argent et diamants. Collection Chaumet Paris
Diadème « Epis de blé penchés sous le vent », François-Regnault Nitot, circa 1811.
Or, argent et diamants. Collection Chaumet Paris
© Chaumet / Guido Mocafico

 
Après avoir fait son apprentissage chez Auber, alors joailler de la Reine Marie-Antoinette, Marie-Étienne Nitot fonde Chaumet en 1780 à Paris. En 1802, il devient le joailler attitré de Napoléon 1er et réalise les bijoux de son mariage avec Joséphine de Beauharnais puis avec Marie Louise de Habsbourg-Lorraine, notamment la couronne du sacre de Napoléon, le manche de son épée ainsi que d’autres parures pour la cour. Après la révolution française, l’activité de la maison est fortement ralentie mais une boutique ouvre à Londres et obtient le brevet de fournisseur officiel de la reine Victoria. En 1885, Joseph Chaumet prend la direction de la maison.

Chaumet fera du diadème, très en vogue à l’époque, l’une de ses spécialités. Dans la deuxième moitié du 19ème siècle, alors que s’ouvre l’ère Meiji au Japon, l’Europe découvre l’art japonais. Le « japonisme » commence également à s’imposer en bijouterie et devient une source essentielle d’inspiration du style Chaumet. En 1907, les ateliers et la boutique s’installent au 12, place Vendôme, pour ne plus jamais la quitter. Après la guerre, Chaumet s’impose comme précurseur, incarnant le goût et la créativité de la Parisienne. La maison offre notamment une interprétation du « New Look » des pionniers Christian Dior et Yves Saint Laurent, attirant les femmes à la mode de l’époque.

La présente exposition, dont la scénographie a été conçue par le bureau Betak, déploie près de 300 œuvres, des créations joaillères du 19ème siècle à aujourd’hui mais aussi des tableaux, dessins et objets d’art.

Une parure d’inspiration japonisante « Chant de Printemps » a été réalisée pour l’occasion et sera dévoilée pour la première fois dans l’exposition.

Exposition « Les Mondes de Chaumet - L’art de la joaillerie depuis 1780 »

  • Du jeudi 28 juin au lundi 17 septembre 2018
  • Mitsubishi Ichigokan Museum (2-6-2 Marunouchi, Chiyoda, Tokyo 100-0005)
  • Ouvert de 10h à 18h de samedi à jeudi, de 10h à 21h chaque vendredi, le deuxième mercredi du mois ainsi que du 10 au 13 septembre
  • Fermé le lundi (sauf les 16 juillet, 30 juillet, 27 août et 10 & 17 septembre)
  • Site officiel de l’exposition

dernière modification le 29/06/2018

haut de la page