Libye - Q&R - Extrait du point de presse [ja]

17 juillet 2020

Q : Comment réagissez-vous au propos du secrétaire d’État américain adjoint pour le Moyen-Orient, David Schenker, qui a critiqué jeudi la mission navale de l’Union européenne chargée de faire respecter l’embargo sur les armes en Libye, jugeant, à l’instar de la Turquie, qu’elle était biaisée et pas sérieuse ?

R : L’opération EUNAVFOR MED IRINI de l’Union européenne apporte une contribution forte à la mise en œuvre de l’embargo sur les armes et les exportations illicites de pétrole imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies, conformément aux conclusions de la conférence de Berlin.

Cette opération dispose de moyens navals, aériens et satellitaires afin de surveiller en toute impartialité tous les flux, quels qu’en soient l’origine et les bénéficiaires. Elle l’a montré dans ses actions, qui témoignent de la mobilisation de l’Union européenne, et de la France, pour la résolution d’un conflit qui met en jeu les intérêts de sécurité des Européens.

La France participe activement à cette opération importante dans un contexte d’aggravation des ingérences étrangères dans le conflit libyen, que nous avons condamnées dans les termes les plus forts.

Nous appelons tous nos partenaires - à commencer par les États-Unis - à renforcer leur action, comme le fait l’Union européenne, pour entraver les violations récurrentes de l’embargo sur les armes et pour contribuer à la relance d’un processus politique inclusif en Libye sous l’égide des Nations unies.

dernière modification le 20/07/2020

haut de la page