Message de l’ambassadeur à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida [ja]

Depuis maintenant plus de 30 ans, le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le sida.

Cette journée donne lieu à des évènements de sensibilisation en France et au Japon, comme partout à travers le monde. Face à ce fléau planétaire, elle rappelle le rôle essentiel de la responsabilisation et de la mobilisation à tous les échelons.

Ces vingt dernières années, d’immenses progrès ont été réalisés : depuis la création en 2002 du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, c’est 32 millions de vies qui ont été sauvées. Mais le sida continue, encore aujourd’hui, à faire des millions de victimes : 38% des personnes affectées n’ont toujours accès à aucun traitement et plus de 300 enfants et adolescents meurent chaque jour de causes liées au sida. Les premiers touchés restent les plus démunis et les personnes vivant dans les régions les plus vulnérables, telles que le Sahel.

La santé constitue un droit humain fondamental. C’est pourquoi elle est au cœur des objectifs du développement durable (« SDGs ») adoptés par les Nations unies en 2015, qui fixent l’échéance de 2030 pour mettre fin à l’épidémie de sida. Afin d’amplifier cette mobilisation internationale, la France a accueilli, en octobre 2019, la conférence de reconstitution du Fonds mondial. Cette conférence a permis de réunir, au total, 14 milliards de dollars pour les trois prochaines années. Elle a porté l’engagement cumulé de la France auprès du Fonds mondial à 4,61 milliards d’euros.

Notre objectif est donc atteignable, mais il nécessite que nous demeurions extrêmement mobilisés. C’est pour cette raison que la France est également le premier donateur de l’agence Unitaid, qui investit dans l’innovation, afin de favoriser l’accès à une nouvelle génération de médicaments et de diagnostics abordables.

Le Japon s’est lui aussi engagé pour la reconstitution du Fonds mondial, tandis que son rapprochement récent vis-à-vis de l’agence Unitaid permet d’envisager un renforcement du cercle vertueux de l’innovation en matière de santé mondiale.

A l’occasion de la journée mondiale d’action contre le sida, je forme donc le vœu que le partenariat franco-japonais puisse permettre de nous rapprocher toujours davantage de l’objectif d’éradiquer définitivement l’épidémie de sida d’ici 2030.

Laurent Pic
Ambassadeur de France au Japon

L’investissement majeur de la France dans les organisations multilatérales en matière de santé

La France a fait depuis de nombreuses années le choix d’investir dans les fonds multilatéraux en santé. Cet engagement fort représente les deux tiers de notre aide publique au développement en santé.

Fonds mondial

La France a versé 4,61 milliards d’euros au Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose depuis sa création en 2002 et en est le deuxième bailleur historique. Ce partenariat exemplaire avec les bailleurs, les porteurs de projets, les pays récipiendaires, les acteurs de la société civile et les représentants des communautés de personnes affectées permet à la France de contribuer au renforcement et à la soutenabilité des systèmes de santé publics et communautaires, et à la promotion des droits humains et de l’égalité entre les femmes et les hommes, dans le cadre d’un partenariat qu’elle considère exemplaire.

Pour renforcer son appui aux pays récipiendaires francophones et améliorer l’accès aux subventions et à leur mise en oeuvre, la France réserve depuis 2011 une part de sa contribution à l’Initiative 5 %, qui mobilise une expertise technique francophone ciblée, professionnelle et axée sur les besoins de terrain. Gérée par l’opérateur Expertise France, son succès, salué par l’ensemble de ses partenaires, s’est traduit par une augmentation constante de son activité avec le passage de 5 à 7 % pour 2017-2019.

Gavi

La France a rejoint Gavi, l’Alliance du vaccin, en 2004. Sur la période 2016-2020, la France s’est engagée à verser 465 millions d’euros répartis entre une contribution directe (100 millions) et un mécanisme de financement innovant, la facilité internationale de financement pour l’immunisation (IFFIm). Elle reçoit des promesses de dons sur une longue période qu’elle convertit, via l’émission d’obligations sur les marchés financiers, en financements immédiatement disponibles pour Gavi. Ainsi, sur la période 2007-2026, la France aura versé 1,39 milliard d’euros à l’IFFIm. La France estime que la vaccination est l’une des interventions en santé les plus efficaces puisqu’elle permet d’éviter chaque année entre 2 et 3 millions de décès dans le monde.

Unitaid

La France est par ailleurs à l’origine, aux côtés du Brésil, du Chili, de la Norvège et du Royaume-Uni, de la création du partenariat innovant qu’est Unitaid. Elle est aujourd’hui le premier bailleur de cette agence de l’innovation en santé mondiale avec plus de 60 % des ressources versées cumulées depuis 2006. Par son rôle de facilitateur des innovations les mieux adaptées pour traiter, diagnostiquer et prévenir les pandémies du VIH, de la tuberculose et du paludisme, Unitaid est, au regard de la France, un partenaire incontournable du Fonds mondial.

dernière modification le 02/12/2019

haut de la page