Mobilité autonome – Une collectivité locale japonaise équipée par une PME française [ja]

En partenariat avec les entreprises japonaises SB Drive et Macnica, la startup française Navya fournira en 2020 les navettes pour le premier service de mobilité autonome sur route mis en place par une collectivité locale au Japon.

Ce projet, annoncé le 27 janvier lors d’une conférence de presse au siège de l’opérateur télécom SoftBank et en présence de représentants de l’ambassade et de Business France, est porté par la ville de Sakai, au nord de Tokyo. SB Drive, la filiale de SoftBank dédiée à la mobilité autonome, sera en charge de la supervision de la flotte de navettes. Macnica, groupe japonais d’électronique et solutions numériques sera en charge de la maintenance, dans le cadre d’un accord de partenariat récemment signé avec Navya. Ces annonces ont été très largement relayées par les médias japonais.

L’entreprise Navya, dont le siège est basé à Lyon, développe des projets au Japon depuis 2014. Elle a, par exemple, équipé la centrale de Fukushima de trois navettes utilisées par les employés et visiteurs du site de démantèlement. Avec son partenaire SB Drive, Navya a également réalisé plusieurs opérations de tests et démonstrations dans différentes villes et régions du Japon.

Le Japon mise sur les technologies numériques et de connectivité, dont la 5G, l’internet des objets, la robotique et l’intelligence artificielle pour développer son nouveau modèle de « société 5.0 » qui vise à répondre aux défis sociétaux auxquels il fait face. La mobilité autonome est l’un des piliers de cette stratégie. Les navettes autonomes et électriques conçues et fabriquées en France par la PME rhônalpine répondent ainsi à un besoin de nouvelles formes de mobilité au Japon, adaptées à une population vieillissante, dans des villes dont la configuration est amenée à évoluer, notamment à travers la politique Compact City + Network portée par le gouvernement japonais.

Ces sujets sont au cœur des échanges institutionnels entre les ministères français et japonais, qui ont notamment signé en 2019 deux nouveaux accords de coopération, l’un sur la mobilité durable et numérique, l’autre sur l’innovation dans l’industrie automobile.

La capacité d’innovation des start-up et PME françaises, notamment au bénéfice de la transition écologique et solidaire des villes et territoires, suscite de plus en plus d’intérêt des grands groupes japonais. Outre ce renforcement début 2020 des positions de Navya avec SoftBank et Macnica, l’année 2019 a ainsi vu la maison de commerce Itochu investir dans Ciel&Terre (solaire flottant), le géant du BTP Taisei s’allier avec Ideol (éolien flottant), ou encore l’opérateur électrique TEPCO prendre des parts dans Energy Pool (smart grids).

En savoir plus

dernière modification le 13/02/2020

haut de la page