Nations unies – Adoption de sanctions à l’encontre de personnes impliquées dans la traite d’êtres humains et les trafics de migrants en Libye [ja]

À l’initiative de la France et comme Jean-Yves Le Drian s’y était engagé, le Conseil de sécurité des Nations unies a pris le 8 juin 2018 des sanctions individuelles à l’encontre de personnes impliquées dans la traite d’êtres humains et les trafics de migrants en Libye.

Nous saluons l’adoption de ces sanctions qui répond à l’objectif du président de la République d’améliorer la réponse internationale à la crise migratoire, en lien avec nos partenaires de l’ONU, de l’Union européenne, et de l’Union Africaine, dans la continuité des réunions des chefs d’État et de gouvernement organisées en août 2017 à Paris, et en novembre 2017 à Abidjan.

Cette décision unanime du Conseil de sécurité montre la détermination de la communauté internationale à lutter contre ces trafics odieux, qui brisent des vies humaines, alimentent une économie criminelle et menacent la stabilité de la Libye, de ses voisins et de l’espace euro-méditerranéen. Il ne peut y avoir d’impunité pour ces crimes.

Une réponse durable et crédible à la crise migratoire en Libye ne sera possible que dans le cadre d’une solution politique inclusive, dans le respect des engagements pris par les quatre principaux protagonistes libyens le 29 mai dernier à Paris, permettant la tenue d’élections et l’unification sous l’autorité du pouvoir civil de l’ensemble des forces armées.

dernière modification le 11/06/2018

haut de la page