Nations unies – Déplacement de Jean-Yves Le Drian [ja]

Jean-Yves Le Drian a été à New York du 27 mars au 3 avril.

À cette occasion, Jean-Yves Le Drian a porté les priorités de la France au Conseil de sécurité, dont elle a assuré la présidence jusqu’au 31 mars :

La paix et la sécurité internationales

  • Le ministre a présidé, le 28 mars, un débat ouvert du Conseil de sécurité sur le financement du terrorisme en vue de l’adoption d’une résolution. Il a rappelé la nécessité de rester mobilisés afin de prévenir toute résurgence de Daech ;
  • Il a participé à une réunion ministérielle consacrée au maintien de la paix, pour souligner le soutien de la France aux efforts entrepris par le Secrétariat général des Nations unies pour réformer ce secteur essentiel au sein de l’Organisation ;
  • Il a présidé (i), le 29 mars, une réunion publique du Conseil de sécurité consacrée au Mali en présence du Premier ministre malien, M. Soumeylou Boubèye Maïga, et du Secrétaire général des Nations unies, M. Antonio Guterres ; (ii), le 28 mars, une réunion ministérielle dédiée au G5 Sahel aux côtés de son homologue burkinabè et en présence des autorités de plusieurs États du G5.

La lutte contre les inégalités mondiales et le traitement concerté des défis globaux

  • Jean-Yves Le Drian a animé le 1er avril une réunion du Conseil de sécurité sur la protection du personnel humanitaire et médical, en présence de plusieurs ONG. Il a participé ensuite à un briefing sur le droit international humanitaire du Conseil de sécurité, dont l’Allemagne assure la présidence au mois d’avril. Un échange avec les ONG a eu lieu également à cette occasion ;
  • Il a participé le 28 mars à un débat de haut-niveau de l’Assemblée générale sur le climat et co-présidera une table-ronde dédiée à la finance climatique, dans le cadre de la préparation du sommet pour le climat porté par le Secrétaire général des Nations unies et prévu en septembre.

La défense du multilatéralisme

Jean-Yves Le Drian a réaffirmé le combat de la France pour un multilatéralisme fort et adapté aux enjeux contemporains :

  • Il a conduit, le 2 avril, avec son homologue allemand, Heiko Maas, et les représentants de plusieurs États de bonne volonté, une réflexion sur la modernisation du multilatéralisme et son renforcement, conduisant au lancement d’une alliance pour le multilatéralisme. Il a prononcé un discours sur le multilatéralisme et la sécurité collective devant les étudiants de l’université de Columbia le 3 avril, sous forme de dialogue avec Heiko Maas ;
  • Il s’est entretenu avec le Secrétaire général des Nations unies et le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, afin de faire le point sur les principales crises à l’ordre du jour du Conseil de sécurité.
Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies
© Fanny Texier
Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, au Conseil de sécurité des Nations unies
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, au Conseil de sécurité des Nations unies
© Fanny Texier
Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et son homologue burkinabé, Alpha Barry
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et son homologue burkinabé, Alpha Barry
© Fanny Texier
Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et son homologue sud-coréenne, Kang Kyung-Wha
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et son homologue sud-coréenne, Kang Kyung-Wha
© Fanny Texier

 
Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian a participé à plusieurs événements consacrés à la relation bilatérale franco-américaine :

  • Il a remis symboliquement le 1er avril à ses ayants-droits un tableau spolié par les Nazis et s’est entretenu avec les associations juives présentes à New York ;
  • Sur le plan de l’innovation, il a rencontré le 2 avril les entrepreneurs de la French Tech New York, regroupement de start-ups actives à New York.
     
Quelle est la position de la France s’agissant de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies ?

 
La France défend de longue date un élargissement du Conseil de sécurité dans les deux catégories de membres, permanents et non-permanents. Elle soutient ainsi l’accession à un siège permanent de l’Allemagne, du Brésil, de l’Inde, et du Japon, ainsi qu’une représentation plus importante des pays africains au Conseil de sécurité.

En outre, la France a lancé en 2013 une initiative proposant un accord collectif et volontaire des membres permanents du Conseil de sécurité visant à ce que ceux-ci s’abstiennent de recourir au veto en cas d’atrocités de masse. La capacité du Conseil de sécurité à prévenir ou mettre un terme à des situations impliquant des atrocités de masse est au cœur de sa légitimité. Cette initiative française est désormais soutenue par 101 pays.

dernière modification le 04/04/2019

haut de la page