One Planet Summit au Kenya [ja]

JPEG

Aujourd’hui, on ne peut plus se contenter d’appels à l’urgence sur le changement climatique. Cette urgence on la connaît, et depuis longtemps.

Beaucoup la vivent même au quotidien. En Afrique, les atteintes à la biodiversité ont de graves conséquences : quand des territoires sont ravagés, quand les animaux sont impactés, cela plonge les habitants dans la pauvreté : 65% d’entre eux sont ainsi directement touchés par les conséquences du changement climatique.

Lutter contre le changement climatique, ce n’est juste « sauver la planète », c’est surtout empêcher concrètement le développement des maladies dues à la pollution, ou à la consommation de produits transformés. C’est protéger des populations impuissantes devant les catastrophes naturelles.

Partout dans le monde, en ce moment, notre jeunesse se mobilise. Elle nous dit : « Vous n’allez pas assez vite. » Elle a raison de s’impatienter, parce que nous n’avons que trop tardé.

Depuis 2017, un mouvement (constitué de chefs d’État et de Gouvernement, mais aussi de citoyens engagés, d’associations, d’entreprises, de fonds d’investissement…) s’est formé pour agir concrètement : le One Planet Summit.

Après Paris et New York, le troisième sommet s’est tenu à Nairobi, au Kenya, le 14 mars 2019.

Retrouvez les déclarations du Président Emmanuel Macron :

Le One Planet Summit en images :

 

dernière modification le 20/03/2019

haut de la page