Participation de la France à la conférence de Bruxelles III [ja]

12-14 mars 2019

JPEG

Alors que le conflit en Syrie entre dans sa neuvième année, la conférence Bruxelles III pour « soutenir l’avenir de la Syrie et de la région », coprésidée par l’Union européenne et les Nations Unies, a contribué à mobiliser la communauté internationale face aux conséquences humanitaires dramatiques de cette crise.

De nouvelles contributions financières ont ainsi été annoncées afin de répondre à l’urgence humanitaire en Syrie et de soutenir les réfugiés syriens, ainsi que les pays qui les accueillent. La France y a pris toute sa part.

L’effort financier français pour 2019-2021 s’élèvera à plus d’un milliard d’euros en faveur des populations syriennes en situation de détresse humanitaire, des réfugiés et des pays hôtes, notamment le Liban et la Jordanie. Il comporte près de 200 millions d’euros de dons et 937 millions d’euros de prêts. Cette annonce s’inscrit dans la continuité de notre mobilisation en réponse à la crise syrienne depuis la conférence de Londres de 2016. Cet engagement a été marqué en 2018 par l’annonce d’un programme d’urgence de 50M€, actuellement en cours de mise en œuvre, visant en particulier à aider les populations des territoires libérés de Daech par nos partenaires des Forces démocratiques syriennes, avec le soutien de la Coalition internationale.

La France continuera de soutenir les populations syriennes en détresse et les principaux pays d’accueil des réfugiés dont le retour ne pourra être que volontaire et sûr, conformément aux standards internationaux. La France a rappelé qu’elle ne contribuera à la reconstruction de la Syrie qu’à condition qu’un processus politique crédible soit fermement enclenché, conforme à la résolution 2254, conduisant à une réforme constitutionnelle et à la tenue d’élections libres et crédibles, sous la supervision des Nations unies. Cette position est également celle de l’Union européenne. L’ensemble des Syriens, y compris les réfugiés et les déplacés internes, doivent être en mesure de participer au scrutin dans un environnement neutre garanti par des mesures de confiance.

En marge de la conférence, la France a co-organisé un événement sur la lutte contre l’impunité des crimes commis en Syrie, qui est l’une des priorités de notre action diplomatique sur le conflit syrien et une condition de la stabilisation, à terme, de la Syrie.

dernière modification le 18/03/2019

haut de la page