Première coopération opérationnelle franco-japonaise dans le domaine de la patrouille maritime [ja]

Deux avions japonais de patrouille maritime P-1 se posent le 1er mai 2018 sur la base d’aéronautique navale (BAN) de Lann-Bihoué, implantée dans le sud de la Bretagne à proximité de la ville Lorient. Il s’agit de la toute première visite d’avions et d’équipages des forces maritimes d’autodéfense du Japon dans ce qui constitue le cœur de la patrouille maritime de la Marine française. Découverte du nouvel avion P-1, conçu et réalisé par Kawasaki Heavy Industries (KHI) ; échanges inédits et chaleureux, en vol et au sol, avec les équipages français d’Atlantique 2 (ATL2). Bien qu’éloignés par 12.000 km de distance, les marins du ciel des deux pays se sont découverts proches par leurs missions.

Après quelques jours passés en Allemagne, deux avions de patrouille maritime P-1 des forces maritimes d’autodéfense du Japon ont fait une brève escale sur la BAN de Lann-Bihoué.

En tournée de présentation en Europe depuis la mi-avril, le détachement nippon participait au salon aéronautique et de l’espace de Berlin, du 25 au 29 avril, où la France était invitée d’honneur. Après un accueil à Nordholz, au sein de la patrouille maritime allemande, il ne pouvait faire l’impasse sur Lann-Bihoué avant de retourner au Japon.

Cette courte visite a permis de faire découvrir un avion de patrouille maritime de nouvelle génération que l’on avait déjà pu apprécier en juin 2017, lors du salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget. À l’occasion de nombreux échanges opérationnels en vol, techniques au sol et culturels en terre bretonne, les deux communautés, qui partagent une similarité de missions, se sont découvertes très proches. L’entrée en service prochaine de l’ATL2 rénové et les réflexions qui débutent en Europe pour la définition de l’avion de patrouille maritime du futur, qui devrait voir le jour après 2030, ont aiguisé la curiosité des équipages français.

Le programme P1 de Kamawsaki Heavy Industries a été lancé en 2001. Après un premier vol effectué en 2007, l’avion entre en service en 2013. Élégante machine de 80 tonnes, son design a été spécialement conçu pour la patrouille maritime et le pistage des sous-marins. Radar à antenne active, boule optronique, détecteur d’anomalie magnétique, système acoustique et système d’autoprotection composent une suite intégrée de capteurs optimisée pour les missions aéromaritimes, complétée par l’emport, en soute et sous voilure, de torpilles anti-sous-marines et de missiles antinavires.

À terme, le P1 remplacera l’ensemble des P3C encore en service dans les JMSDF. La cible visée est celle d’une flotte constituée d’environ 80 appareils mis en œuvre par la centaine d’équipages que compte l’aviation de patrouille maritime japonaise.

dernière modification le 29/05/2018

haut de la page