Rapport d’enquête de l’OIAC sur les emplois d’armes chimiques en Syrie [ja]

L’organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a publié le 13 juin un nouveau rapport d’enquête sur les emplois d’armes chimiques. Elle confirme, avec un haut niveau de certitude, que du sarin a été employé dans la ville de Latamneh en Syrie le 24 mars 2017 et du chlore dans une autre attaque intervenue dans cette même ville le 25 mars.

La lutte contre la prolifération des armes chimiques est une priorité. La France s’est fortement engagée sur la question et a lancé, le 23 janvier 2018, un partenariat international contre l’impunité de l’utilisation d’armes chimiques soutenu par 34 États. Ce rapport de l’OIAC rappelle l’urgence de mettre en place dans les meilleurs délais un nouveau mécanisme chargé de déterminer les responsables de ces attaques, ainsi que M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, l’avait souligné lors de la dernière réunion du partenariat à Paris le 18 mai 2018. Aucune impunité ne peut être laissée à ceux qui développent ou utilisent de telles armes.

Il s’agit du seizième rapport de l’OIAC confirmant l’emploi d’une arme chimique ou d’une substance toxique comme arme chimique dans le conflit syrien. Pour rappel, le mécanisme conjoint d’enquête et d’attribution des Nations Unies et de l’OIAC, le JIM, avait déterminé la responsabilité des forces armées syriennes dans au moins quatre cas. La Russie a opposé trois vétos au renouvellement du mandat de ce mécanisme.

dernière modification le 15/06/2018

haut de la page