Remise de décorations à M. Shigeru Ban et M. Akira Nishibori [ja]

Le 19 mai 2017, M. Shigeru Ban et M. Akira Nishibori ont été décorés par M. Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon.

M. Shigeru Ban, architecte japonais, a reçu les insignes de Commandeur des Arts et des Lettres

M. Shigeru Ban, grand architecte japonais
M. Shigeru Ban, grand architecte japonais
© Ambassade de France au Japon
M. Shigeru Ban reçoit les insignes de Commandeur des Arts et des Lettres
M. Shigeru Ban reçoit les insignes de Commandeur des Arts et des Lettres
© Ambassade de France au Japon

 
Le grand architecte Shigeru Ban, auteur de réalisations particulièrement remarquées en France et dans le monde, a été élevé au rang de Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres au cours d’une cérémonie organisée le 19 mai 2017 à la Résidence de France. L’ordre des Arts et des Lettres récompense les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire, ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde.

Très tôt dans sa carrière, Shigeru Ban a développé une création originale nourrie d’expérimentations et de réflexions personnelles sur l’architecture et ses matériaux. Parmi ses réalisations figurent le « Paper Arbor » à la World Design Expo de Nagoya en 1989, la « Miyake Design Studio Gallery » en 1994, la « Paper House » à Yamanashi en 1995, le Pavillon japonais pour l’exposition universelle de Hanovre en 2000, ou encore plus récemment en 2014 le Pavillon dédié à la coupe du monde de football pour l’Ambassade du Brésil.

L’ambassadeur de France a tenu à souligner la force du lien que l’architecte entretient avec la France. Ceci s’est traduit par la réalisation du Centre Pompidou à Metz, première expérience de décentralisation d’un établissement culturel public parisien. Cet édifice a permis de redynamiser toute une région et offre à ses habitants un précieux lieu d’échanges et de brassage culturel. Il accueillera en septembre 2017 la grande Saison consacrée aux arts et à l’architecture japonaises.

Le tout dernier geste architectural signé sur le territoire français par Shigeru Ban avec son associé Jean de Gastines est la Seine musicale de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt, qui a été inaugurée en avril 2017. Coiffée d’un œuf de verre et munie d’un écosystème, cette Seine musicale exprime une forte attention portée à l’environnement : toit végétalisé, voile de 6000 m² de panneaux solaires qui suit la course du soleil. Nouvelle porte sur la culture et la musique dans l’ouest parisien, cette Seine musicale s’intègre au paysage urbain qui l’entoure pour devenir un des lieux emblématiques de la scène culturelle parisienne.

M. Akira Nishibori, professeur émérite à l’université de Yokohama, a reçu les insignes de Commandeur dans l’Ordre des Palmes académiques

M. Akira Nishibori, professeur émérite à l'université de Yokohama
M. Akira Nishibori, professeur émérite à l’université de Yokohama
© Ambassade de France au Japon
MM. Akira Nishibori et Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon
MM. Akira Nishibori et Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon
© Ambassade de France au Japon

 
Le professeur Nishibori, est le grand spécialiste de l’histoire des relations culturelles franco-japonaises. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur le sujet dont L’album souvenir des relations culturelles franco-japonaises publié en trois tomes sur une décennie (1986 – 1996).

Il est également l’auteur de nombreux articles qui traitent de manière érudite les très nombreux domaines de coopération franco-japonais : droit, éducation, diplomatie ou domaine militaire.

Son travail a permis de rappeler combien la France, à travers des figures comme Paul Claudel, Gustave Boissonade ou Michel Revon, avait contribué à la modernisation du Japon et combien ces hommes avaient aimé le Japon.

Au-delà du chercheur respecté, le professeur Nishibori est également un grand humaniste. C’est en 2007 qu’il s’est engagé à l’entretien de 42 tombes de soldats et matelots français décédés en campagne de Chine (guerre de Boxeurs, 1900) au cimetière international de Sakamoto à Nagasaki. Entretien des tombes et de ce souvenir, le professeur Nishibori a également écrit des milliers de lettres afin de retrouver les descendants actuels de ces marins. Son action souligne combien l’histoire peut également être vivante et contemporaine.

dernière modification le 17/01/2019

haut de la page