Remise de l’Ordre des Arts et des Lettres à M. Morihiro Nagahori [ja]

M. Morihiro Nagahori, homme d’affaire, poète et mécène, a reçu le 18 janvier 2019, les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres des mains de M. Jean-Baptiste Lesecq, ministre-conseiller à l’Ambassade de France au Japon.

M. Morihiro Nagahori
M. Morihiro Nagahori
© Ambassade de France
MM. Morihiro Nagahori et Jean-Baptiste Lesecq, ministre-conseiller
MM. Morihiro Nagahori et Jean-Baptiste Lesecq, ministre-conseiller
© Ambassade de France
M. Jean-Baptiste Lesecq, ministre-conseiller
M. Jean-Baptiste Lesecq, ministre-conseiller
© Ambassade de France
M. Christian Polak
M. Christian Polak
© Ambassade de France

 
Après des études de littérature à l’université Meiji, M. Nagahori crée en 1962 l’entreprise Nagahori Pearls qui compte aujourd’hui plus de 800 employés. M. Nagahori devient le premier Japonais membre de la Bourse du diamant à Anvers. En 1982, il occupe les fonctions d’administrateur de la Confédération internationale de la bijouterie. Il devient vice-président puis président de l’Association japonaise de la joaillerie (1999-2001).

En parallèle de cette carrière riche de succès, M. Nagahori, sous le nom de plume de Mori Kyôtarô, a su maintenir une activité artistique marquée par la publication de plusieurs poèmes d’une grande sensibilité. En particulier, Karôsan (la montagne Karô) qui évoque les souvenirs de la guerre à travers ses yeux d’enfant. Accompagné de belles illustrations, ce poème s’adresse en particulier aux enfants d’aujourd’hui.

Enfin, à travers son engagement auprès de l’université Meiji, M. Nagahori a contribué à intensifier les relations franco-japonaise dans le domaine académique et culturel. Sous son mandat de président du Conseil d’administration, le nombre d’universités partenaire françaises s’est accru considérablement et atteint le nombre de 24. Il a également joué un rôle central dans la création de la Fondation Simone Veil en 2011. La même année, M. Nagahori a également eu un rôle central dans l’acquisition par l’université Meiji de documents rares appartenant à la collection de M. Christian Polak, collection composée de 88 000 pièces essentiellement centrée sur l’histoire des relations franco-japonaises.

dernière modification le 21/01/2019

haut de la page