Remise de l’Ordre national du Mérite au Pr Yasuyuki Koike [ja]

M. Yasuyuki Koike, conseiller auprès de la Société franco-japonaise d’océanographie, a reçu le 1er octobre 2018 les insignes d’Officier de l’Ordre national du Mérite des mains de M. Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon à la Résidence de France à Tokyo, en présence de proches et de collaborateurs du Pr Koike, dont plusieurs acteurs scientifiques de la collaboration dans le domaine de l’océanographie.

M. Yasuyuki Koike, conseiller auprès de la Société franco-japonaise d'océanographie
M. Yasuyuki Koike, conseiller auprès de la Société franco-japonaise d’océanographie
© Ambassade de France au Japon
MM. Yasuyuki Koike et Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
MM. Yasuyuki Koike et Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
© Ambassade de France au Japon
M. et Mme Koike, entourés de leurs invités
M. et Mme Koike, entourés de leurs invités
© Ambassade de France au Japon

 
Ex-vice président de la Société franco-japonaise d’océanographie (SFJO), il est un grand acteur de la relation scientifique bilatérale dans ce domaine. Après un séjour de recherche au Centre océanologique de Bretagne comme boursier du gouvernement français, le Pr Koike prend part à de nombreuses actions pour les échanges de chercheurs entre la France et le Japon, assurant ainsi le partage de connaissance et des savoirs en matière de mariculture.

De retour au Japon en 1976, comme enseignant-chercheur à la Tokyo University of Fisheries, il reste un fidèle et excellent relai de ces liens très forts entre nos deux pays à travers ses activités au sein de la SFJO, d’abord comme membre du conseil d’administration puis vice-président. Depuis le premier colloque franco-japonais d’océanographie organisé en 1983 à Montpellier, 17 autres éditions de cet évènement se sont tenus et ont tracé en profondeur le sillon de cette grande amitié scientifique franco-japonaise.

À la suite du grand séisme et tsunami du 11 mars 2011, il a été l’intermédiaire efficace et solidaire entre les organismes océanographiques français, la SFJO de France et la région du Tohoku. Grâce à lui, plusieurs projets d’aide en situation d’urgence par l’envoi d’équipements scientifiques et de naissains ont pu être concrétisés permettant à la communauté scientifique et aux centres de pêches de la zone sinistrée de continuer à mener à bien leurs activités.

dernière modification le 04/10/2018

haut de la page