Remise de la Légion d’honneur à M. Naotoshi Okada [ja]

M. Naotoshi Okada, président directeur général du groupe Nikkei, a reçu le 3 octobre dernier des mains de l’ambassadeur les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur.

M. Naotoshi Okada, président directeur général du groupe Nikkei
M. Naotoshi Okada, président directeur général du groupe Nikkei
© Ambassade de France au Japon
MM. Naotoshi Okada et Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
MM. Naotoshi Okada et Laurent Pic, ambassadeur de France au Japon
© Ambassade de France au Japon
De gauche à droite : M. Tsuneo Kita, chairman de Nikkei, M. et Mme Okada, et M. l'ambassadeur
De gauche à droite : M. Tsuneo Kita, chairman de Nikkei, M. et Mme Okada, et M. l’ambassadeur
© Ambassade de France au Japon

 
Talentueux journaliste ayant fait l’ensemble de sa carrière au sein du très influent groupe Nikkei, Naotoshi Okada est né à Miyazaki en 1953. Entré au Nikkei en 1976, il s’y est fait remarquer par sa maîtrise des sujets économiques et internationaux, enchaînant les affectations au Japon et à l’étranger, avant de gravir les échelons et de rejoindre le leadership du groupe.

Nommé correspondant à Paris de 1989 à 1991, période où il suit de très près l’activité de l’Élysée et du Président de la République François Mitterrand, Naotoshi Okada est une personnalité francophone et francophile qui connaît très bien et apprécie notre pays. Il se rend régulièrement en France et a récemment participé à certaines séquences du déplacement officiel du Prince héritier Naruhito et s’est impliqué dans Japonismes 2018.

Dans le cadre de ses fonctions à la tête du Nikkei, il a joué un rôle essentiel dans les partenariats et coopérations multiples unissant la France et le Nikkei. Cela s’est illustré tant dans le domaine culturel à travers des activités de mécénat finançant de grandes expositions au Japon ou en France, que dans d’autres cadres, politique, économique ou sociétal. À travers cette activité, il a hautement contribué à l’amitié et la connaissance mutuelle entre les peuples français et japonais.

Texte du discours de l’Ambassadeur

Seul le prononcé fait foi.

Monsieur le Président Tsuneo Kita, Mesdames et Messieurs, j’ai le plaisir de vous accueillir ce soir à la Résidence de France à Tokyo pour honorer une personnalité tout à fait remarquable et importante dans le Japon actuel, qui est aussi devenue incontournable des relations entre nos deux pays, M. Naototshi Okada.

M. Okada, c’est toujours un honneur de vous rencontrer et de vous recevoir ici puisqu’à travers vous, c’est tout le groupe Nikkei, dont nous avons la chance d’avoir ici ce soir des honorables représentants, qui vient à nous. Le Nikkei, c’est évidemment un groupe extrêmement dynamique, innovant, influent, puissant et de plus en plus international. C’est par conséquent pour la France un partenaire de choix.

Le quotidien Nikkei, journal de référence sur les questions économiques, distribué à plusieurs millions d’exemplaires est particulièrement respecté au Japon pour son sérieux et la qualité de ses analyses. Nous en sommes à l’ambassade des lecteurs assidus, de même que nous lisons votre hebdomadaire anglophone consacré à l’Asie Nikkei Asia Review et suivons de près les publications du groupe.

Mais le Nikkei, c’est aussi un acteur clé du monde des idées, de l’influence, de la culture et du mécénat au Japon. Vous contribuez en effet, par une programmation impressionnante dans de nombreux domaines. Son siège impressionnant et son prestigieux « Nikkei Hall » où interviennent les personnalités les plus écoutées et influentes, son audience internationale que le rachat du célèbre Financial Times en 2015 a significativement renforcé, en sont autant d’illustrations.

C’est au sein de ce groupe d’excellence, où vous êtes entré en 1976, que vous avez fait toute votre carrière. Une carrière brillante, sur les sujets économiques, internationaux, avec deux expériences de correspondant en chef à Paris et New York, éditoriaux, avant de gravir les échelons et de rejoindre le leadership du groupe. Ce parcours exceptionnel, dans une entreprise qui réunit tant d’intelligence et de compétence, vous le devez à votre talent et à votre travail. Sans doute aussi à votre combativité et votre maîtrise – on m’a dit que vous pratiquiez le Shaolin Kung Fu et étiez un fan de Bruce Lee ! C’est d’abord ces différentes qualités que je tiens à saluer ce soir avec vos collègues et amis.

Mais aujourd’hui, c’est aussi bien sûr votre amitié pour la France que je voudrais célébrer. Excellent francophone, profondément francophile et amoureux de culture française, vous connaissez bien notre pays où vous avez passé plusieurs années comme correspondant en chef, entre 1989 et 1991. A cette époque, vous suiviez de très près l’activité de l’Elysée et du Président Mitterrand, et avez eu l’opportunité de l’accompagner comme journaliste embarqué dans divers déplacements. Vous avez aussi été un témoin privilégié d’événements historiques qui ont profondément marqué l’Europe, comme la chute du mur de Berlin et la réunification de l’Allemagne.

Votre relation avec la France avait en réalité commencé encore plus tôt, au tout début de votre carrière, en 1980, année où vous êtes allé en France pour la première fois dans le cadre d’un stage pour les jeunes journalistes. Depuis, vous n’avez cessé d’approfondir ces liens avec la France de différentes manières. Tout récemment, vous étiez ainsi le mois dernier en France pendant la visite officielle du Prince héritier Naruhito et avait participé au dîner officiel organisé par le Président Macron. Vous avez également personnellement contribué au succès de Japonismes 2018, en prononçant ainsi le discours d’ouverture de l’exposition Jakuchu au Petit Palais.

Sous votre direction bienveillante, le Nikkei a multiplié les partenariats et collaborations avec la France dans de nombreux domaines : année de l’Innovation, un thème central de nos relations bilatérales, en 2015, coopération trilatérale France-Japon-Afrique lors de la 6ème conférence de la TICAD en 2016, ou « business summit » du centenaire de la CCIFJ prévu cette année le 19 novembre. Vous serez également en novembre prochain, à Paris, le partenaire média japonais du Forum de Paris sur la Paix, initiative du président Macron pour créer un espace innovant et régulier d’échange et de recherche de solutions aux grands problèmes mondiaux.

La couverture de presse que le Nikkei fait de l’actualité française et européenne est également d’une grande qualité. Vos analyses sont toujours bien informées, rigoureuses, intelligentes, et apportent un éclairage indispensable à l’opinion japonaise pour comprendre, avec nuance et exigence, la complexité des questions européennes. Cette couverture passe aussi par les nombreuses interviews de personnalités françaises de tous horizons – politique, économique, intellectuel et scientifique – que vous publiez régulièrement. J’espère que nous aurons l’occasion dans les mois à venir d’en réaliser d’autres !

Dans le domaine culturel, le Nikkei un également pour nous partenaire exceptionnel, comme en témoignent les nombreuses expositions dont votre groupe est l’indispensable mécène : exposition des chefs d’œuvre de Renoir au Japon dont le célèbre Moulin de la Galette en 2016, exposition Pierre Bonnard au National Art Center, qui vient de s’ouvrir, cette année, ou encore, à Paris, l’exposition au musée de l’Orangerie des chefs-d’œuvre du musée Bridgestone. Avec tous ces projets, vous contribuez directement à une meilleure connaissance réciproque des peuples français et japonais.

Enfin, votre intérêt pour la France a sans doute contribué à l’émergence au sein du Nikkei d’une véritable « école française » dont la qualité et l’importance numérique est impressionnante. Je ne pourrai citer tous nos amis francophones du Nikkei ici ce soir, mais j’aimerais en remercier certains qui travaillent au quotidien avec les équipes de l’ambassade dans un esprit d’amitié, à l’instar de Toru Yoshida, Masayuki Inoue, Kiyoshi Ando, Yasuo Takeuchi, Hiroshi Yamazaki, Fumio Sumiya, Takashi Saito, ou Takashi Koyama. Sans oublier votre correspondant actuel à Paris, M. Togo Shiraishin et tant d’autres ! Tous ces collègues, journalistes ou chefs de projets, œuvrent aussi, grâce à vous, au renforcement de l’amitié entre nos deux pays.

Monsieur Naotoshi Okada, pour toutes ces raisons et les nombreuses contributions personnelles que vous avez faites pour la relation bilatérale, au nom du Président de la République, nous vous faisons Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur. Je vous remercie./.

dernière modification le 09/10/2018

haut de la page