Séminaire franco-japonais sur la neurobiologie des maladies et le vieillissement [ja]

Le séminaire « Neurobiology of Diseases and Ageing » organisé à l’ambassade en partenariat avec l’Inserm et l’Université Keio le 24 mars 2017 a rencontré un franc succès.

La France et le Japon connaissent tous deux un vieillissement de leur population, 27,3% de personnes sont âgées de plus de 65 ans au Japon contre 19,7% en France. Cette tendance représente 3 points de plus que 10 ans auparavant et 4 points de plus que 20 ans plus tôt en France mais c’est au Japon que la population vieillit le plus rapidement dans le monde.

Face à ce challenge à la fois économique et sanitaire, au centre des enjeux mondiaux discutés lors du dernier sommet des chefs d’états du G7 à Ise-Shima en 2016, la France et le Japon ont choisi d’unir leurs efforts pour faire de la recherche sur les maladies liées à l’âge une priorité scientifique commune.

Cette action scientifique collaborative s’est d’abord manifestée par un premier séminaire portant sur les modèles expérimentaux dans l’étude des maladies neurodégénératives organisé à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière à Paris par l’Inserm et l’AMED en mai 2016. Une initiative suivie quelques mois plus tard par la signature d’un accord de coopération entre l’Inserm et l’Université Keio lors de la visite au Japon de la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine.

C’est dans ce contexte que le séminaire « Neurobiology of Diseases and Ageing » s’est déroulé le 24 mars 2017 à l’ambassade de France au Japon. Faisant intervenir 18 spécialistes français et japonais tout au long de la journée, principalement issus de l’Inserm et de l’Université Keio mais aussi du Tokyo Institute of Technology et de l’Université d’Osaka, cet événement a attiré près de 90 auditeurs parmi lesquels une majorité d’experts scientifiques japonais des neurosciences et du vieillissement mais également des personnalités du monde institutionnel, des représentants d’entreprises du secteur et plusieurs médias.

La diversité des thématiques de recherche abordées – travaux sur la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, la démence, le transport axonal et le développement neuronal entre autres – et l’excellence des intervenants ont contribué au succès de cet événement.

La clôture de ce séminaire par le Prof. Yoshinori Ohsumi, présentant ses travaux de recherches sur l’autophagie – une de ses premières conférences après avoir reçu le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2016 – a été l’un des moments phare de cette journée.

La conférence s’est achevée par une réception où les chercheurs ont pu apprécier poursuivre leurs échanges, initier de nouvelles rencontres et envisager de futures pistes de collaboration.

dernière modification le 17/01/2019

haut de la page