Sophie Calle à l’honneur à Tokyo [ja]

De janvier à mars 2019, trois expositions mettent à l’honneur l’artiste plasticienne, photographe, femme de lettres et réalisatrice française Sophie Calle à Tokyo.

JPEGNé en 1953 à Paris, Sophie Calle est une artiste conceptuelle française active depuis la fin des années 70. Son œuvre s’empare de media aussi divers que l’écrit, la photographie, la performance ou la vidéo et joue sur l’ambiguïté entre fiction et réel, entre sphère privée et sphère publique. Sophie Calle se raconte à travers des textes, des images, des objets – un ensemble d’éléments qui vient appuyer des épisodes de vie et contribuent ainsi au développement d’une mythologie individuelle.

En 1999, suite au succès de l’exposition Douleur exquise au Musée Hara (Tokyo), l’œuvre éponyme fut immédiatement acquise par le musée. Racontant la douleur ressentie par l’artiste suite à une rupture amoureuse à travers des textes et des photographies, elle est dévoilée dans son intégralité du 5 janvier au 28 mars, dix-neuf ans après sa première présentation publique.

Conjointement à cet évènement se tient My mother, my cat, my father, in that order à la galerie Perrotin -Tokyo (2 février - 10 mars). Toujours entre l’autobiographie et le récit fictionnel, Sophie Calle y évoque trois décès de proches (sa mère, son chat et son père), mêlant des passages de son propre journal intime à des mots écrits par sa mère.

La galerie Koyanagi présente également l’exposition Parce que (2 février - 5 mars), une série de photographies dans laquelle chaque cliché est caché par une pièce de tissu que le visiteur doit soulever pour découvrir l’image. Brodé sur le rideau, un texte débutant systématiquement par « Parce que » indique la raison d’être de l’image. Le spectateur découvre ainsi la justification de la photographie avant la photographie elle-même.

Enfin, du 3 au 9 février, entre minuit et une heure du matin seront projetés les films de la série Voir la Mer sur les quatre écrans du carrefour principal de Shibuya. Réalisés à Istanbul, ils racontent le moment où des gens voient la mer pour la première fois.
 

Informations pratiques

« Douleur exquise – Collection du Musée Hara »

Du samedi 5 janvier au jeudi 28 mars
au Hara Museum of Contemporary Art
4-7-25 Kitashinagawa, Shinagawa-ku, Tokyo 140-0001
Plus de détails sur le site officiel du Musée Hara

« My mother, my cat, my father, in that order »

Du samedi 2 février au dimanche 10 mars
à la Galerie Perrotin
Piramide Building 1F, 6-6-9 Roppongi, Minato-ku, Tokyo 106-0032
Plus de détails sur le site officiel de la Galerie Perrotin

« Parce que »

Du samedi 2 février au mardi 5 mars
à la Galerie Koyanagi
Plus de détails sur le site officiel de la Galerie Koyanagi
 

dernière modification le 15/04/2019

haut de la page