Transport aérien et ferroviaire au Japon, perspectives pour les entreprises françaises

L’industrie aéronautique japonaise, historiquement dépendante des États-Unis et des commandes militaires, connaît depuis la fin des années 1990 deux évolutions notables : d’une part le développement de la production civile au détriment de la production militaire ; d’autre part l’ouverture du Japon à des collaborations, notamment avec les entreprises françaises et européennes.

Les pouvoirs publics français et japonais développent également depuis quelques années un dialogue structuré et régulier sur les aspects économiques et régaliens de l’aéronautique civile.

Malgré une forte progression du transport routier depuis 1950, le transport ferroviaire reste très utilisé au Japon, bien plus que dans les autres pays développés, en particulier pour le trafic passager. Les infrastructures sont opérées par une multitude de compagnies, dont les 7 JR issues de la privatisation de l’ancienne compagnie nationale en 1987. Malgré un développement continu du Shinkansen et un projet de train à lévitation magnétique entre Tokyo et Osaka, le marché domestique pour le matériel ferroviaire est arrivé à saturation, conduisant les industriels japonais à se tourner vers l’export, avec le soutien du gouvernement.

À l’inverse, pour les entreprises étrangères, notamment françaises, l’accès au marché domestique ferroviaire de l’Archipel est difficile, et constitue un des points des négociations économiques entre l’Europe et le Japon. À l’image du renouveau qu’il a vécu dans les villes françaises à partir des années 80, le tramway attire aujourd’hui certaines collectivités japonaises.

Pour en savoir plus, voir les articles suivants sur le site de la direction générale du Trésor :

Présentation de la maquette d'un Airbus A350 par Fabrice Brégier, PDG d'Airbus et Yoshiharu Ueki, président de Japan Airlines, après leur signature du contrat d'achat de 56 Airbus A350 (9,5 milliards de dollars) par la compagnie aérienne JAL (Tokyo)
Présentation de la maquette d’un Airbus A350 par Fabrice Brégier, PDG d’Airbus et Yoshiharu Ueki, président de Japan Airlines, après leur signature du contrat d’achat de 56 Airbus A350 (9,5 milliards de dollars) par la compagnie aérienne JAL (Tokyo)
© Airbus
Transport en commun à Tokyo
Transport en commun à Tokyo
© MEAE/Frédérice de La Mure

dernière modification le 11/09/2017

haut de la page