Trois artistes français lauréats du prix Præmium Imperiale [ja]

Annoncés le 11 juillet dernier, les lauréats du prix Præmium Imperiale de cette année ont été décorés ce mardi 23 octobre au Meiji Kinenkan de Tokyo par le prince Masahito de Hitachi, président de l’Association japonaise des beaux-arts. Trois artistes français figurent parmi les cinq lauréats : Pierre Alechinsky (peinture), Christian de Portzamparc (architecture) et Catherine Deneuve (cinéma).

JPEG
Fondé en 1988 et attribué pour la première fois l’année suivante, le prix Præmium Imperiale est remis chaque année en mémoire de son altesse impériale le prince Takamatsu, connu pour son soutien aux arts. Il récompense des artistes dont l’œuvre a contribué au développement international des arts et de la culture, dans les cinq domaines suivants : peinture, sculpture, architecture, musique et théâtre/cinéma.

Cette année, ce sont le peintre franco-belge Pierre Alechinsky, la sculptrice japonaise Fujiko Nakaya, l’architecte français Christian de Portzamparc, le chef d’orchestre italien Riccardo Muti et l’actrice française Catherine Deneuve qui se sont vus décerner le prestigieux prix. Pierre Alechinsky, Christian de Portzamparc et Catherine Denveuve rejoignent ainsi la liste déjà très impressionnante des artistes français ayant reçu ce prix : les plasticiens Daniel Buren, Pierre Soulages, Balthus, Christian Boltanski, Niki de Saint Phalle, César Baldaccini, Martial Raysse et Annette Messager ; les architectes Jean Nouvel et Dominique Perrault ; le compositeur Henri Dutilleux, le chef d’orchestre Pierre Boulez, la danseuse Sylvie Guillem, ou dans la catégorie théâtre/cinéma, Jean-Luc Godard, Maurice Béjart et Marcel Carné.

Conférence de presse du 22 octobre 2018

En remettant ce prix, l’Association japonaise des beaux-arts espère encourager les futures générations d’artistes et contribuer à la coopération et à la paix internationales par les arts. Les lauréats sont recommandés par des conseillers internationaux dont l’ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone, le président de l’Institut Goethe Klaus-Dieter Lehmann ou encore l’ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin ; mais aussi des conseillers honoraires comme l’ancien Président de la République Jacques Chirac ou l’entrepreneur François Pinault. Les récipiendaires sont ensuite choisis par un comité anonyme de l’Association japonaise des beaux-arts.

Pierre Alechinsky (peinture)

JPEG

Né en 1927 en Belgique à Saint-Gilles-lez-Bruxelles, Pierre Alechinsky est un artiste contemporain. Après avoir étudié les beaux-arts à l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre, il rejoint le collectif d’artistes avant-gardistes CoBrA en 1949 et se rend dans la capitale française. Il se rapproche alors du japonais Shiryu Morita qui dirige l’association de calligraphes Bokubi à Kyoto. Influencé également par Walasse Ting qu’il rencontre en 1954, il commence à utiliser les outils de la calligraphie orientale dans son œuvre, notamment l’encre de Chine. Il réalise après un premier voyage au Japon en 1955 un documentaire intitulé Calligraphie japonaise. En 1965, il s’empare de la technique de l’acrylique et crée le concept de peinture « à remarques marginales », inspiré de la bande dessinée. En 1977, il reçoit le prix Andrew W. Mellon du Carnegie Institute.

Son œuvre considérable a été exposée dans les plus grands musées à travers le monde et saluée pour sa richesse et sa diversité. Sa première grande rétrospective a été organisée en 2016 et 2017 à Tokyo puis à Osaka à l’occasion des 150 ans des relations diplomatiques entre la Belgique et le Japon. Pierre Alechinsky a récemment obtenu la nationalité française. Il est le premier récipiendaire franco-belge du prix Præmium Imperiale.

Christian de Portzamparc (architecture)

JPEG

Né en en 1944 au Maroc à Casablanca, Christian de Portzamparc est l’un des plus architectes et urbanistes français les plus reconnus. Après avoir étudié à l’École des Beaux-Arts de Paris, il devient célèbre pour son travail sur le projet de Cité de la Musique impulsé par le président François Mitterrand et achevé en 1995. Parmi ses autres réalisations les plus célèbres : la tour LVMH (New York, 1999), le Musée Hergé (Louvain-la-Neuve, 2009), la Cidade das Artes (Rio de Janeiro, 2013), la Tour One57 (New York, 2014), mais aussi la Tour Prism, 400 Park Avenue South (New York, 2015). Il travaille actuellement sur un projet de centre culturel de très grande envergure dans la ville chinoise de Suzhou, près de Shanghai.

Lauréat du Grand prix national de l’architecture (1992) et du Grand prix de l’urbanisme (2004), il est le premier français à recevoir le prestigieux prix Pritzker (considéré comme le « prix Nobel d’architecture ») en 1994. Christian de Portzamparc est aussi le premier titulaire de la chaire de « création artistique » au Collège de France depuis 2006. Son agence d’architecte Atelier Christian de Portzamparc mutualise régulièrement ses moyens avec celle de son épouse, Elizabeth de Portzamparc, également architecte.

Catherine Deneuve (cinéma)

JPEG

Née en 1943 à Paris, Catherine Dorléac dite Catherine Deneuve est l’une des plus grandes actrices françaises. Fille cadette de parents comédiens, elle joue son premier rôle au cinéma à 13 ans dans Les Collégiennes d’André Hunebelle (1956). Très vite remarquée par Jacques Demy, ce dernier lui attribue le rôle principal de son film musical Les Parapluies de Cherbourg, lauréat de la Palme d’or du Festival de Cannes en 1964. Avec plus de 50 ans de carrière et des rôles dans plus d’une centaine de films, parmi lesquels Belle de Jour (1967) de Luis Buñuel et Huit femmes (2002) de François Ozon. Elle remporte le César de la meilleure actrice en 1980 puis en 1993 pour ses rôles dans Le Dernier Métro (1980) de François Truffaut, et Indochine de Régis Wargnier.

Actrice très respectée, elle alterne aussi bien les films grand public que des œuvres d’auteur artistiquement ambitieuses. Le 14 octobre 2016, elle reçoit le prestigieux prix Lumière du Festival Lumière de Lyon. Elle est actuellement en tournage avec le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda, lauréat de la Palme d’or au Festival de Cannes en 2018 pour Une affaire de famille. Le film en cours de réalisation, intitulé La vérité, est attendu sur les écrans dans le courant de l’année 2019.

Plus d’informations sur le site officiel du prix Præmium Imperiale (en anglais)

dernière modification le 29/10/2018

haut de la page