Visages : Akira Nishibori « La France a apporté au Japon à la fois la technologie et l’éducation, deux dimensions complémentaires et inséparables » [ja]

Professeur émérite de l’Université nationale de Yokohama et spécialiste des relations franco-japonaises, le professeur Akira Nishibori revient avec nous à l’occasion du 160ème anniversaire des relations franco-japonaises, sur l’histoire du partenariat entre la France et le Japon.

Né le 14 juillet 1934, comme un clin d’œil à la France et à la relation forte qu’il allait construire avec elle tout au long de sa vie, M. Akira Nishibori, professeur émérite de l’Université nationale de Yokohama et Commandeur dans l’Ordre des Palmes académiques, est un grand spécialiste de l’histoire des relations culturelles franco-japonaises.

Auteur de plusieurs ouvrages de référence, les travaux de M. Nishibori portent sur de nombreux domaines de coopération franco-japonais : droit, éducation, diplomatie, ou coopération militaire. Ses recherches ont permis de mettre en lumière le rôle important joué par la France dans la modernisation du Japon, à travers la contribution de personnalités telles que Léon Roches, Gustave Boissonade ou Léonce Verny.

Outre ses apports précieux, à travers son travail, à une meilleure connaissance réciproque de nos deux pays et de leur culture, M. Nishibori est également un acteur engagé au service de conservation des lieux de la mémoire française au Japon. Il s’est ainsi mobilisé pour l’entretien des tombes des marins français décédés pendant les guerres des Boxers et enterrés au cimetière international de Sakamoto, à Nagasaki, et a entrepris de longues recherches pour retrouver les descendants de ces marins.

dernière modification le 31/10/2018

haut de la page