Visite au Japon de M. Vincent Bouvier, secrétaire général de la mer [ja]

M. Vincent Bouvier, secrétaire général de la mer, s’est rendu au Japon du 12 au 14 juin 2017. Il s’agit d’une première visite d’un secrétaire général de la Mer au Japon.

Mast Asia 2017 : le SGMer présente au Japon la coopération européenne en matière de sûreté maritime
Mast Asia 2017 : le SGMer présente au Japon la coopération européenne en matière de sûreté maritime
Sûreté maritime : "La France ne doit pas agir seule, elle doit participer aux débats européens et internationaux"
Sûreté maritime : "La France ne doit pas agir seule, elle doit participer aux débats européens et internationaux"
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer et ALPACI rencontrent les industriels français ayant des intérêts au Japon dans le domaine naval
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l'économie maritime du Japon
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l’économie maritime du Japon
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l'économie maritime du Japon
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l’économie maritime du Japon
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l'économie maritime du Japon
Le SGMer visite le chantier naval de Mitsui à Chiba, un acteur clé de l’économie maritime du Japon
Échanges fructueux entre le SGMer et son homologue japonais le NOPS. Deux structures à l'organisation et aux missions similaires
Échanges fructueux entre le SGMer et son homologue japonais le NOPS.
Deux structures à l’organisation et aux missions similaires
Des échanges réguliers seront mis en place entre le SGMer et le NOPS afin de renforcer la coopération franco-japonaise dans le maritime
Des échanges réguliers seront mis en place entre le SGMer et le NOPS
afin de renforcer la coopération franco-japonaise dans le maritime
Discussions autour des relations franco-japonaises dans la recherche marine et les fonds marins avec le Pr. Urabe, spécialiste de ces questions au Japon
Discussions autour des relations franco-japonaises dans la recherche marine et les fonds marins
avec le Pr. Urabe, spécialiste de ces questions au Japon
Le National Security Secretariat expose au SGMer les enjeux japonais en matière de sécurité maritime, notamment dans la Mer de Chine
Le National Security Secretariat expose au SGMer les enjeux japonais en matière de sécurité maritime,
notamment dans la Mer de Chine
Le démantèlement des navires et la Convention de Hong Kong ont été abordés avec le ministère japonais du Transport
Le démantèlement des navires et la Convention de Hong Kong ont été abordés avec le ministère japonais du Transport
Le SGMer a rencontré la Garde côtière du Japon avec la volonté d'améliorer la connaissance mutuelle de nos deux structures
Le SGMer a rencontré la Garde côtière du Japon avec la volonté d’améliorer la connaissance mutuelle de nos deux structures
Au ministère japonais des Affaires étrangères, le SGMer et l'Ambassadeur Ijima ont discuté terrorisme maritime et surveillance des océans
Au ministère japonais des Affaires étrangères,
le SGMer et l’Ambassadeur Ijima ont discuté terrorisme maritime et surveillance des océans

 
M. Bouvier a participé au salon international Mast Asia 2017. Il a été invité à exposer, en ouverture du salon, la coopération européenne en matière de sûreté maritime. La sûreté maritime et la surveillance des océans sont inscrites à la liste des sujets prioritaires du SGMer concernant cette visite au Japon. La France est présente dans l’océan Pacifique où elle dispose de 65% de sa zone économique exclusive (ZEE). Une coopération franco-japonaise visant à maîtriser l’immensité de cet océan serait donc en lien avec les intérêts de nos deux pays. En effet, la surveillance maritime est un véritable enjeu pour l’avenir de la sûreté de nos espaces maritimes, mais également pour la protection de l’environnement.

Ce salon Mast Asia et les différentes rencontres organisées en parallèle étaient également une opportunité pour approfondir nos connaissances sur la politique japonaise en matière de sûreté maritime et sur les différents acteurs nippons impliqués dans ce domaine. Le Contre-Amiral Denis Bertrand, commandant de la zone maritime du pacifique (ALPACI), a participé à cet événement à nos côtés.

Par ailleurs, une rencontre a eu lieu avec M. Masaaki Kai du NOPS (National Ocean Policy Secretariat), dont l’institution est similaire au SGMer en de nombreux aspects. Le NOPS et le SGMer ont été créés pour les mêmes missions de coordination et prospection des politiques maritimes nationales. Nos deux institutions sont placées sous l’autorité de nos Premiers ministres respectifs, et nous avons tous deux l’objectif de réunir l’ensemble des ministères et acteurs ayant des intérêts dans le domaine du maritime. De plus, avec la montée en puissance des sujets maritimes dans le monde entier, et plus particulièrement au Japon et en France, le NOPS et le SGMer sont en charge d’exprimer toutes les potentialités que nous offre la mer.

Cette rencontre entre le NOPS et le SGMer a été une opportunité pour échanger sur nos politiques maritimes nationales et sur nos attentes communes à l’échelle internationale.

D’autres entretiens ont été organisés, notamment avec le MLIT (Ministry of Land, Infrastructure, Transport and Tourism) ou avec des acteurs de la recherche marine, afin d’améliorer nos connaissances mutuelles des organisations et méthodes de nos deux pays. La recherche océanographique est un domaine dans lequel une coopération franco-japonaise est déjà mise en place et se doit d’être soutenue.

Enfin, le sujet de l’économie maritime a également été abordé au cours de cette visite. L’ancien Président avait annoncé en novembre 2016 la création d’un Comité France Maritime co-présidé par le SGMer et le Cluster Maritime Français. Ce comité vise à rassembler les acteurs privés et publics du secteur maritime français avec l’objectif de doubler le PIB français issu de l’économie maritime et de doubler le nombre des emplois maritimes en France d’ici 2030. Une rencontre avec des acteurs privés japonais ont été organisée afin d’échanger sur la compétitivité portuaire, l’attractivité des métiers de la mer et le développement de la planification spatiale ; les trois sujets prioritaires du Comité France Maritime.

Cette visite de trois jours a permis d’identifier des sujets d’intérêts communs et de possibles coopérations avec le Japon. Il s’agit également de s’assurer que des échanges réguliers entre nos structures pourront être mis en place.

Secrétariat général de la mer (SGMer)

Définie par le décret du 22 novembre 1995, la création du secrétariat général de la mer (SG Mer) a pour objet d’apporter une réponse adaptée au caractère profondément interministériel de la politique maritime. Placé sous l’autorité du Premier ministre, le secrétariat général de la mer « anime et coordonne les travaux d’élaboration de la politique du Gouvernement en matière maritime. Il propose les décisions qui en découlent et s’assure de la mise en œuvre de la politique arrêtée ». « Il assure la coordination du suivi des textes relatifs à la mer et en propose les adaptations nécessaires, compte tenu de l’évolution du droit international et communautaire en cette matière ». Il n’y a donc pas de limitation, au sein de la politique maritime, quant aux domaines concernés par cette activité de coordination. Elle concerne autant le régalien, la sûreté et la sécurité, que la protection de l’environnement, l’économie maritime, l’innovation et la recherche…..

La France dispose de la deuxième plus grande surface maritime mondiale avec une ZEE de 11 millions de kilomètres carrés. Deux pays maritimes tels que la France et le Japon sont confrontés à des défis maritimes globaux et défendent des intérêts similaires : protection de l’environnement marin, liberté de navigation, droit de la mer, surveillance des espaces maritimes, recherche océanographique etc.

dernière modification le 15/06/2017

haut de la page